Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Tout a commencé avec le pogrom arabe

4 Avril 2014 , Rédigé par mordeh'ai

par Michael Freund

http://www.michaelfreund.org/14626/arab-pogrom
Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Aujourd'hui marque un anniversaire important, que d'un point de bascule dans le Moyen-Orient moderne qui non seulement continue à façonner notre réalité actuelle mais sert aussi à nous rappeler des vérités très importantes sur la nature du conflit entre Arabes palestiniens et juifs.

 

On était au milieu de la matinée du 4 avril 1920, précisément il y a 94 ans, pendant les jours intermédiaires de la Pâque et les Juifs de Jérusalem pensaient que le danger qui pèsait sur eux avait pratiquement reculé.

 

Les musulmans marquaient le troisième et dernier jour de la fête du Nebi Musa, et malgré les craintes de violence arabe à grande échelle, la fête s'était passée jusqu'ici plus tranquillement que prévu.

 

Mais tout était sur le point de changer.

 

Des dizaines de milliers d'arabes se sont réunis dans la vieille ville de Jérusalem et plusieurs orateurs y compris l'infâme Haj Amin El-Husseini, qui sera par la suite nommé Mufti de la ville ont commencé à enflamer la haine de la horde.

 

Au milieu des chants de « la Palestine est notre terre et les Juifs solnt nos chiens! » la foule est descendue dans une frénésie violente et a continué l'attaque.

 

Les assaillants arabes ont  attaqué des hommes Juifs innocents, des femmes et des enfants dans les rues, les rouant de coups de poing, coups de pied ainsi qu'eni lançant des pierres et autres objets.

 

Ils ont fait irruption dans les maisons juives, les femmes juives violées et ils ont pillé les propriétés. Cimetières et yeshivot furent également attaqués, des pierres tombales et des rouleaux de la Torah ont subi la fureur de la foule arabe.

 

Les policiers arabes, dont la tâche était de maintenir l'ordre, ont rejoint la mêlée, tandis que les autorités du Mandat britannique ont répondu avec leur léthargie et leur incompétence caractérisées .

 

Plus de 100 juifs ont été blessé juste aux premières heures, et les émeutes se sont intensifiées le lendemain, conduisant les britanniques à imposer la loi martiale. Enfin, après plusieurs jours de troubles, la violence a été finalement réprimée.

 

Une fois la poussière est retombée, un total de cinq Juifs avait été tué et plus de 200 blessés, tandis que quatre arabes étaient morts et 25 blessés.

 

Le Leader Sioniste Chaim Weizmann, en accord avec un officier supérieur britannique a insisté que les autorités du Mandat britannique avaient encouragé activement les dirigeants arabes d'incitation à la violence en raison de leur hostilité pour le Sionisme.

 

Un mois plus tard, en mai 1920, le gouvernement britannique a dépêché une commission d'enquête, dénommée Commission Palin, pour enquêter.

 

De façon prévisible, le rapport final a cherché à jeter le blâme sur les deux parties, critiquer les sionistes pour « impatience d'atteindre leur but ultime, » comme si qui celà justifiait en quelque sorte un pogrom arabe.

 

Néanmoins, la commission a constaté qu'il était clair que « l'implication de l'attaque était contre les Juifs et... a été faite par une foule armée de bâtons, de pierres et de couteaux comme de coutume. Tous les éléments de preuve vont prouver que ces attaques étaient  lâches et perfides, principalement contre des vieillards, des femmes et des enfants et souvent par derrière.»

 

Les répercussions des émeutes étaient profondes.

 

Entre autres choses, elles ont conduit à l'organisation et la mise en place d'unités juives de self-défense qui devinrent le noyau de la Hagana, accélérant ainsi le processus d'indépendance juive.

 

Et parmi les arabes, les émeutes ont cristallisé la formation d'une « conscience nationale palestinienne ».

 

Comme le fait remarquer le Dr. Daniel Pipes  dans « L'année ou les arabes ont découvert la Palestine » (Middle East Review, été 1989),"en janvier 1920, le nationalisme palestinien existait à peine; en décembre de la même année critique, il était né."

 

Mais au-delà du fait que nous nous ressentons toujours, encore aujourd'hui, l'impact des émeutes, il est utile de rappeler ce qui s'est passé il y a si longtemps dans les rues de Jérusalem parce que celà sert comme un rappel important de ce qu'est vraiment tout le sujet du conflit israélo-arabe .

 

Autrement dit : il n'a rien à voir avec les implantations juives de Judée et Samarie et tout à voir avec les Juifs.

 

À moins qu'ils n'aient eu des pouvoirs paranormaux extraordinaires qui leur auraient permis de voir dans le futur, les émeutiers arabes de 1920 ont fait pas couler le sang innocent parce que les Juifs s'installeraient plus tard à Beit El et Kedumim dans les années 70 et 80.

 

Et ils n'ont pas continué le saccage parce qu'ils croyaient en deux États, arabe et juif, vivant côte à côte en paix et en sécurité.

 

Ils ont attaqué les Juifs, comme ils le font aujourd'hui, parce qu'ils ne sont pas prêts à accepter une présence juive permanente et souveraine dans la région.

 

Leur rêve reste aujourd'hui ce qu'il était en 1920: nous effrayer et se débarasser de nous.

 

Alors, hier comme aujourd'hui, les Arabes palestiniens ne veulent pas reconnaître le droit historique, biblique, et moral du peuple juif sur la terre d'Israël.

 

Hier comme aujourd'hui, ils sont prêts à employer la violence et la terreur pour atteindre leurs objectifs.

 

C'est pourquoi tous les plans, le plan Rogers, le plan Reagan, les accords d'Oslo, le plan Kerry, ont accompli peu de choses, parce qu'ils ignorent la vérité froide et dure qui a été  mise en évidence à nous tous au siècle dernier:  il ne peut y avoir aucune paix parce que les Arabes palestiniens ne veulent pas la paix. Ce qu'ils veulent c'est la Terre d'Israël!!
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :