Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Abbas fuit les pourparlers à la première occasion qui lui est donnée

2 Avril 2014 , Rédigé par mordeh'ai

http://www.commentarymagazine.com/2014/04/01/abbas-fled-talks-the-first-chance-he-got-peace-process-israel-kerry/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Bien que rien n'est permanent dans le processus de paix au Moyen-Orient, pour le moment, il semble que les Palestiniens ont finalement trouvé un moyen de faire échouer les pourparlers parrainés par le Secrétaire d'État John Kerry. Bien que Kerry avait négocié un compromis de dernière minute improbable, qui aurait assuré la libération d'un autre lot de meurtriers terroristes que l'Autorité palestinienne avait exigé, le chef de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas n'a pas conclu. Aujourd'hui, il a signé des documents indiquant la demande de l'Autorité palestinienne à se joindre à 15 organismes internationaux, une violation flagrante de leurs obligations d'Oslo et des engagements pris envers les Etats-Unis. C'était un signal qu'Abbas garder pendant la  négociation en dépit des efforts de Kerry afin d'arriver ce qu'ils voulaient. En conséquence, Kerry a annulé son voyage prévu de retour dans la région, laissant au moins pour le moment, l'impression que les négociations sont terminées.

 

Si les Palestiniens continuent de refuser de continuer les pourparlers, cela signifie que l'affaire Kerry avait concocté pour libérer l'espion Jonathan Pollard en échange de l'accord du Premier ministre Netanyahu de libérer un lot supplémentaire de terroristes, y compris des citoyens israéliens et puis un autre groupe plus important  de prisonniers non reconnus coupables de crimes violents, aura été pour rien. Cet accord aurait été une mauvaise affaire pour Israël parcequ'il aurait fallu faire de réelles concessions - la libération des Arabes israéliens reconnus coupables de meurtres terroristes ainsi que la promesse d'un gel limité de la construction en Cisjordanie - en échange d'un homme qui pouvait bien être en libération conditionnelle en 2015 de toute façon. L'ironie d'avoir quelqu'un comme Pollard qui, bien que son crime était grave et a causé de réels dommages à la relation américano-israélienne, il avait agi dans ce qu'il croyait être l'intérêt d'Israël, être échangé pour les personnes ayant du sang juif sur les mains, était si paradoxal que même l'espion s'y est opposé .

 

Mais la principale conclusion à tirer de ces événements n'est pas sur le désir d'Israël de voir Pollard libéré après 28 ans de prison, mais sur la volonté d'Abbas de se soustraire au processus de paix. Ce qui s'est passé n'est pas tant une négociation qui a mal tourné, car  le chef de l'Autorité Palestinienne a saisi la première occasion qui s'est présentée à lui pour fuir les négociations de paix auxquelles il n'a jamais voulu se joindre.

 

Rappelons qu'obtenir qu'Abbas rejoigne les pourparlers de paix après leur boycott lors de ces cinq dernières années n'a pas été facile. Plutôt que de parler sans conditions préalables, les Palestiniens devaient être soudoyé avec l'élargissement de quatre lots de tueurs terroristes. Bien que, comme il est clair maintenant, il a fait peu dans les négociations autrement que de dire toujours non à toute mesure qui indiquant que les Palestiniens étaient enfin prêts à mettre fin au conflit avec Israël, il a été sans cesse loué et caressé  tant par Kerry que le président Obama pour son engagement pour la paix. Lles deux ont continué à fustiger Israël comme l'obstacle à la paix, Abbas a toujours été celui  qui s'avère à ceux qui ont dit l'année dernière que les Palestiniens n'étaient pas prêts pour le droit à la paix, il a refusé de reconnaître la légitimité d'un État juif, peu importe où ses frontières ont été établi, même en échange d'un Etat souverain et indépendant. Il n'a pas bouger sur le «droit au retour» pour les réfugiés de 1948 et leurs descendants. Même quand Netanyahu a malheureusement accepté la cadre de Kerry pour les futures négociations qui a été enraciné dans les frontières de 1967, Abbas a toujours dit non.

 

Alors, ce n'est donc une surprise pour personne que, une fois la période initiale de pourparlers était sur le point d'expirer, Abbas n'avait aucun intérêt à poursuivre les négociations même dans les termes qui inclinaient le terrain de jeu diplomatique dans sa direction.

 

Pourquoi?

 

La réponse est la même que celle qui était évidente pour presque tout le monde sauf pour Kerry l'an dernier avant que le processus recommence. Avec les Palestiniens divisés entre le fief de M. Abbas en Cisjordanie et l'Etat palestinien indépendant de la bande de Gaza dirigé par le Hamas, Abbas n'avait aucune marge de manœuvre pour faire la paix, même si il était vraiment disposé à le faire. La négociation d'un accord, même celui qui donnerait aux Palestiniens à peu près tout ce qu'ils veulent en termes de qualité d'Etat en Cisjordanie et une partie de Jérusalem, n'est pas dans son intérêt, car la signature d'un tel accord est beaucoup plus dangereux que d'être critiqué pour le sabordage des pourparlers de paix. La chose la plus sûre pour Abbas est de saisir tout prétexte pour fuir les négociations et revendiquer qu'il cherche l'indépendance palestinienne par l'intermédiaire de l'ONU, un geste futile qui ne fera rien pour son peuple.

 

Alors que Abbas et ses apologistes prétendent qu'il a fait à Kerry et à Israël une grande faveur de s'être assis à la table des négociations avec eux depuis plusieurs mois et n'a rien  obtenu pour lui, les Palestiniens ont le plus à gagner de ce processus, le Secrétaire en a fait la promotion. Sans elles, il n'y a pas de chemin vers l'indépendance ou la stabilité économique pour eux. Mais depuis l'abandon des pourparlers qui permet à Abbas d'éviter d'avoir à vendre un accord qui met fin au conflit à un peuple palestinien à qui on a appris à voir leur identité nationale comme inséparable de la lutte contre le sionisme, il préfère cela à des négociations.

 

Abbas n'a été vraiment interréssé par les pourparlers de paix que lorsqu'il s'asseyait et attendait que Kerry lui obtienne des concessions israeliennes tangibles pour continuer. Au lieu de celà il a fait ce qu'il avait déjà fait en 2008 lorsqu'il a fui la table des négociations pour éviter de dire non à la paix offerte par Olmert. Ce n'est pas le dernier chapitre des efforts de Kerry, il y a ceux qui seront prompts à blâmer Israël pour tout et qui devraient prendre  note du comportement de M. Abbas et d'en tirer les conclusions appropriées.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :