Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 16:52
Kerry and Ya'alon. 'Washington forgetting its own contribution to undermining Israel-US relations' Photos: Yaron Brener, Matti SternÉditorial: Les Etats Unis. devraient admettre que le Ministre israélien de la Défense lit la carte régionale beaucoup mieux que le Secrétaire d'État Kerry.
 
Par Hagai Segal
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4502588,00.html
Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com
 
Le ministre de la défense Moshe Ya'alon était dans un studio de télévision ce week-end  et a déclaré pour la énième fois que notre génération, n'a aucune chance de voir un accord permanent de paix entre Israël et les Palestiniens. Pour la énième fois, il a également noté que dans un passé lointain, il avait vraiment cru dans la formule de « territoires contre la paix », mais qu'entre-temps, il s'était remis de sa naïveté.

 

Comme vous le savez, Ya'alon n'est pas le seul ministre qui a l'habitude de réutiliser ses positions dans les entrevues avec les médias. Presque tous ses collègues  membres du  gouvernement font la même chose, chacun avec ses propres convictions. Même le plus habile homme politique ne peut pas se réinventer à chaque entrevue. Le ministre de la justice a toujours dit qu'Israël doit faire plus de concessions pour la paix, et le ministre de la défense a toujours dit qu'il n'y a aucun intérêt à faire des concessions. Néanmoins, nous avons développé une étrange habitude de répondre aux commentaires de Livni avec un bâillement et pénétrer les cris de désespoir après chaque entrevue de Ya'alon : Oh non, Bogie ne croit pas en la paix.

 

En fait, Ya'alon lui-même a développé sa propre habitude étrange : il est insensible aux cris de désespoir. Malgré la forte pression psychologique exercée sur lui de toutes les directions, il a une tendance cohérente à garder son sang-froid, au point d'indifférence complète tourant à l'hystérie. Sa rhétorique n'est pas suivant des instructions des dirigeants de l'opinion publique. Comme ancien chef du renseignement militaire et ancien chef d'état-major de l'IDF, , il a déjà une opinion solide sur les chances de l'accord entre Jérusalem et Ramallah. Il est de son devoir de le révéler au public même si un certain camp ne l'aime pas. Il est le ministre de la Défense, pas le ministre de la rectitude politique.

 

Qui est droit et qui est obsessionnel ?

 

Tout en faisant cela, Ya'alon a réussi à irriter les Américains aussi, non seulement les chercheurs de paix ici, mais il ne faut pas exagérer en décrivant l'étendue de cette irritation. Notre chef d'organisation de la défense a tout simplement rétabli les faits quand il a dit la semaine dernière que les Etats-Unis montraient leur faiblesse globale et que leurs alliés au Moyen-Orient ont été déçus par eux. Tous les enfants de Damas, de Kiev ou de Manhattan savent que les Etats Unis d'Obama poursuivent une politique globale veule. Les pages d'opinion dans la presse américaine sont remplies de semblables actes d'accusation contre l'administration Obama. Selon tous les signes, même l'administration elle-même le sait, mais il convient de tirer un visage outragé quand le Ministre de la Défense israélienne se joint à la critique.

 

Washington accuse maintenant Ya'alon de porter atteinte intentionnellement à la relation entre les deux pays, pas moins. C'est oublier sa propre contribution à saper les relations. Obama est le Président américain le moins agréable envers Israël au cours des 50 dernières années, tant dans ses paroles et dans ses actions. Pendant ses cinq ans à la maison blanche, le Président a insulté le Premier Ministre plus de deux ou trois fois, tandis que le Premier Ministre a fait attention à ne pas lui rendre les insultes. Ya'alon est moins strict, mais il est toujours très poli. Malgré l'assymétrie entre les parties, le Président américain devrait réfléchir sur ses propres actions au lieu d'imposer des sanctions à notre Ministre de la Défense.
 

Après tout, l'Amérique n'a pas beaucoup d'alternatives amicales au Moyen-Orient. Elle devrait même admettre que Ya'alon a une lecture de la carte régionale préférable à celle de John Kerry. L'été dernier, lorsque Kerry nous a promis la paix dans les neuf mois, Ya'alon avait déjà exprimé des promesses contradictoires. Y a-t-il encore un doute à Washington qui aura raison en fin de compte, et qui se révélera comme obsessionnel ?

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai