Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Quels mensonges se cachent derrière le refus de l'AP d'identifier l'Etat juif ?

13 Mars 2014 , Rédigé par mordeh'ai

Abbas, et le reste des responsables palestiniens nient encore que les Juifs sont un groupe national qui a droit à son propre état. Aucun d'eux n'a vraiment renoncé à leur longue ambition de vaincre l'État d'Israël.

 

Par Shaul Rosenfeld

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4498095,00.html

Adapté par Mordeh'aï pour le blog malaassot.com

 

 

Alors que dans les "éditions de la paix" précédentes -- d'Oslo 1993, Camp David 2000, Taba 2001 et Annapolis 2007, le "camp de la paix" local agitait la prime de la paix et livrait les nouvelles d'un paradis économique promis - dans l'édition récente, les annonceurs ont remplacé le paradis promis par l'enfer si, à D.ieu ne plaise, nous nous opposons au document de Kerry .

 

 Les menaces de boycott et les avertissements qui devraient tous nous condamner très bientôt au grand ostracisme avec la marque des lepreux sur le front, et ce n'est que le dernier épouvantail de la liste, pour l'instant.

 

Mais à côté de l'utilisation fréquente des menaces et des tentations, le "camp de la paix" local nous a toujours surpris par des explications sophistiquées pour lesquelles Israël devrait renoncer et accepter un compromis, même si la demande réelle des concessions et du compromis de notre part ont provoqué que nos partenaires dans les discussions grimpent aux arbres encore plus hauts.

 

Dans cet esprit, les membres du camp de la paix se sont engagés à ridiculiser et à rejeter la demande d'Israël qu'il doit être reconnu comme Etat juif. "Exiger que les Palestiniens reconnaissent Israël comme un Etat juif est un non-sens", a récemment déclaré,l'ancien chef du Mossad Meir Dagan, reflétant la rhétorique de plus en plus de ceux dont la voix dans les médias est infiniment plus forte que leur nombre, de Lapid au meilleur des bastions de la gauche et de leurs problèmes.

 

Abbas a déclaré ces derniers jours, "Nous ne reconnaîtrons jamais un Etat juif," en réitérant son opposition ferme à la demande d'Israël, et aucun des gardiens de la paix israéliens n'a discuté publiquement la question de savoir pourquoi, pour l'amour de D.ieu, le partenaire "incroyablement modéré"  insiste sur cette objection.

 

Selon les Palestiniens, cette question - de toutes les questions centrales - n'entraîne pas, paraît-il, de concession essentielle. Ils savent également que leurs chances d'être dépeints comme "non-coupables", tandis qu'ils feront porter le chapeau au camp Israëlien, leur permettra d'améliorer grandement leur objection - alors il s'avère que le sort de l'actuel cycle de négociations ne sera pas différent des précédents au cours de ces 14 dernières années.

 

Esprit de la chartre palestinienne
L'explication de l'insistance stratégique palestinienne (plutôt que tactique, comme certains Israéliens la dépeignent si bien) de ne pas reconnaître un Etat juif ou l'État-nation juif provient bien sûr de la peur qu'elle va grandement nuire à la revendication des réfugiés à retourner en Israël, mais elle vient aussi tout autant du simple fait que Abbas, comme le reste des hauts fonctionnaires de l'Autorité palestinienne, sont liés à une ancienne certitude palestinienne qui nie que les Juifs sont un groupe national et ont droit à leur propre état.

 

Aucun d'eux n'a vraiment renoncé à l'ambition depuis de longues années de détruire l'État d'Israël en tant que tel, que ce soit par l'épée ou par la démographie, et bien sûr avec l'aide fidèle des forces progressistes locales israeliennes.

 

Dans l'ensemble de la philosophie et de la littérature palestinienne, il n'y a pas l'ombre d'une réelle volonté pour une telle reconnaissance. Cette littérature regorge depuis 1948 de discussions sur «le problème palestinien», avec des explications sur l'horrible péché de la création d'Israël, et sur la façon dont il est justifié de l'effacer de ce monde, et dans la même mesure sur la façon dont les Juifs sont un groupe ethnique religieux, plutôt qu'un peuple ou une nation.

 

C'est, bien sûr, l'esprit de l'entreprise de la chartre palestinienne qui est ainsi - opposée aux initiatives des Palestiniens dont l'article 20* de la chartre a été abrogé en 1996,  par exemple, stipule que " le judaïsme comme une religion céleste n'est pas une nationalité de l'auto-existant, et les Juifs ne sont pas un peuple avec une personnalité indépendante, mais les citoyens des États auxquels ils appartiennent."

 

Peter Beinart, l'un des critiques le plus malfaisant d'Israël dans la mouvance radicale juive de gauche aux États-Unis, a admis récemment que " chaque Palestinien, je sais considère le sionisme politique lui-même comme une idéologie raciste construite sur le nettoyage ethnique. En ce sens, quand les faucons juifs disent que les Palestiniens s'opposent non seulement au contrôle israélien sur Hébron, mais également au contrôle israélien sur Tel Aviv, ils ont tout à fait raison. "

 

 
Même si cette vérité amère intéresse la majorité de la gauche israélienne comme de l'information réchauffée, le public plus réaliste en Israël se rend compte que derrière l'insistance des Palestiniens est une idéologie organisée de refuser d'accepter Israël, même dans les frontières de 1948, et dans la même mesure - une intention cachée de le noyer sous un flot de réfugiés. Par conséquent, liant les Palestiniens dans une reconnaissance publique et contractuelle d'Israël comme un Etat juif est un minimum, élémentaire et la demande est justifiée.

_____________________________________________________________________

*Article 20  de la chartre palestinienne:

La déclaration Balfour, le mandat sur la Palestine et tout ce qui en découle sont nuls et non avenus. Les prétentions fondées sur les liens historiques et religieux des Juifs avec la Palestine sont incompatibles avec les faits historiques et avec une juste conception des éléments constitutifs d'un État. Le judaïsme, étant une religion, ne saurait constituer une nationalité indépendante. De même, les Juifs ne forment pas une nation unique dotée d'une identité propre, mais ils sont citoyens des États auxquels ils appartiennent.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :