Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 15:16

http://www.frontpagemag.com/2014/ari-lieberman/arab-rejectionism-from-khartoum-to-ramallah/

Adaptée par Mordeh'aï pour malaassot.com
Cliquez ici

1395071177000-GTY-479263775Après la guerre de Six Jours de 1967, Israël a offert de rendre la terre acquise durant le conflit à ses ennemis arabes vaincus en échange de la paix. Le 1er Septembre 1967,   la Ligue arabe, réunie à Khartoum, le Soudan  a rédigé sa réponse prévisible à la proposition israélienne sous la forme de la désormais tristement célèbre proclamation «trois non»: «pas de paix avec Israël, pas de reconnaissance d'Israël, pas de négociations avec lui ... "

 

Rien n'a changé depuis. Les Arabes maintiennent encore leur attitude du refus de  la réconciliation avec Israël comme en témoignent la propre version de Mahmoud Abbas de la Déclaration de Khartoum de la Ligue arabe. Un rapport récent a indiqué que Abbas a rejeté trois demandes de base d'Israël qui représentent des lignes rouges pour l'Etat juif. Abbas refuse de reconnaître Israël comme un Etat juif, a refusé d'abandonner le soi-disant «droit au retour» palestinien et a refusé de s'engager à une fin du conflit ou des revendications. Refus de répondre à l'une des trois conditions sape gravement les perspectives de paix. Cependant le refus d'accepter les trois torpille tout mais pas le processus.

 

Le président Obama a choisi d'ignorer le rejet palestinien le summum de la critique de la seule démocratie au Moyen-Orient, Israël. Obama souffre d'un cas aigu de jugement humiliant quand il s'agit d'Israël en se concentrant que sur ​​les questions connexes, comme les soi-disant implantations, au lieu de concentrer son attention sur les véritables obstacles à la paix, à savoir le refus persistant de la direction arabe palestinienne d'accepter toute présence juive en Terre d'Israël. Cette attitude de refus s'est manifestée dans les pogroms arabes anti-juifs de 1921 à 1922, 1929 et 1936 ainsi que le rejet arabe du Plan des Nations Unies de la partition de 1947, l'agression arabe qui a précipité la guerre des Six Jours et la vague de terreur déclenchée par Yasser Arafat qui a suivi  son sabotage du sommet de Camp David en 2000.

 

Les Palestiniens ont les seuls à blâmer pour leur stagnation et le triste état ​​des choses. Leurs dirigeants corrompus et vénaux se soucient plus de l'accumulation de la richesse et de puissance que de la promotion des droits civils pour leur peuple. En effet, le non élu, autocratique "président" Abbas est maintenant au milieu de sa 9 ème année de son mandat alors que son mandat aurait dû finir après quatre ans. Les liberté de la presse et de l'opposition sont pratiquement inexistantes et l'incitation à la violence et à l'antisémitisme se poursuivent non-stop.

 

C'est avec cette force «modérée» que l'administration Obama veut qu'Israël traite et compose. Israël, bien sûr doit également composer avec le Hamas, qui, contrairement à Abbas et son Autorité palestinienne offre  des avis terriblement honnêtes sur la façon dont il entend traiter avec les juifs il ne devrait jamais avoir l'occasion. Pour les Palestiniens, si Mahmoud Abbas du Fatah ou Ismail Haniyeh du Hamas, n'ont rien  changé depuis l'époque de l'infâme leader palestinien et collaborateur nazi, Haj Amin al-Husseini. L'objectif de l'éradiquer Israël et son remplacement par un autre Etat arabe dysfonctionnel reste le même.

 

L'administration Obama, obsédée par le développement d'Israël de la Judée et de la Samarie et égarée par l'idée de faire d'Israël un minuscule et indéfendable état, a choisi d'ignorer les  subtiles et pas si subtiles  proclamations des ministres responsables palestiniens et des législateurs au sujet de leurs objectifs pernicieux. Cette politique erronée et partiale à son tour sert plus à enhardir et durcir l'intransigeance palestinienne plutôt que de faire des compromis et des résolutions pacifiques impossibles.

 

Israël a fait beaucoup de sacrifices au cours de ces dernières années pour la cause de la paix et n'a rien reçu d'autre que des garanties sans valeur et la critique sans fondement en retour. Israël, sous le Premier ministre Netanyahu a sagement adopté la politique de la réciprocité. L'époque des concessions territoriales israéliennes unilatérales est révolue.  Israël qui remettait des parcelles de sa terre ancestrale pour de vagues assurances et des promesses sans valeur n'est plus. Il est temps pour l'administration Obama de reconnaître l'Autorité palestinienne pour ce qu'elle est vraiment, une entité qui ne cherche pas de relations pacifiques avec ses voisins, mais plutôt celle qui cherche l'éradication d'une démocratie existante en faveur d'une autre théocratie dysfonctionnelle islamiste .

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai