Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 15:16
Par Lauri Regan

http://www.americanthinker.com/2014/03/putins_iran_threat_is_good_for_israel.html

Adaptation de Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Dans une rubrique analysant la menace récente de l'Iran, Walter Russell Mead et son personnel de The American Interest est amené à reconsidérer sa position sur l'Iran, " liant la crise en Ukraine à la négociation de l'Iran est un cauchemar pour l'Amérique; il pourrait juste être un rêve russe qui devient réalité ". Mead est sur quelque chose ; mais il arrête brusquement dans son analyse. La menace de la Russie pourrait également être très utile à Israël.

 

Obama a entamé des négociations avec l'Iran afin d'éviter une confrontation militaire, et aussi de forcer la "vraie barrière" à la paix dans la région - Israël . Son espoir était de gagner du temps, malgré le fait que les centrifugeuses iraniennes continuent de tourner, ce qui porte au bord ou à terme sa capacité nucléaire.

 

Si l'Iran va vers le fait nucléaire sous la responsabilité d'Obama, qu'il en soit ainsi, il va continuer de  vendre de la  retenue au peuple américain pour le reste de temps qu'il lui reste à faire dans son mandat. Les bonimenteurs de la Maison Blanche sont très talentueux pour vendre au peuple américain un projet de loi de pacotilles - il suffit de regarder l'ObamaCare. Alors que la Russie envahit un pays européen et menace de guerre totale, l'administration dépense  52,000,000$ de l'argent des contribuables en publicité en seulement trois mois pour cette débâcle. On peut seulement imaginer ce qu'ils vont dépenser pour convaincre les Américains que l'Iran nucléaire ne représente aucune menace pour notre sécurité nationale.

 

Hélas, puisque la réalité n'a pas encore pénétrer la bulle de la Maison Blanche, Obama n'a probablement jamais perdu le sommeil en pensant aux capacités nucléaires de l'Iran (il pense à son Baracketology, ses prochaines vacances, et sa partie de golf, peut-être, mais à la sécurité nationale, pas tellement) c'est-à-dire, jusqu'à ce que Vladimir Poutine s'immisce dans l'image. L'échec d'Obama à se rendre compte qu'il est maintenant démasqué comme un fou sur la scène mondiale ne signifie pas que le reste des dirigeants de la planète ne l'aient pas remarqué. Ce n'est pas une coïncidence que seulement six mois après que Poutine ait manipulé Obama pour le bombardement de la Syrie en dépit qu'elle avait franchi la ligne rouge hypocrite d'Obama, Poutine a annexé la Crimée de l'Ukraine. Et Poutine l'a fait en dépit d'une promesse américaine de protéger l'Ukraine. Comme un parlementaire ukrainienne l'a déclaré , " toute personne qui croit que, les Etats-Unis seraient pour le bon ou le mauvais les gendarmes du monde. Maintenant cette fonction a été abandonné par le président Obama, et de ce fait la Russie a pu envahir la Crimée."

 

Donc Mead a raison de relier l'Ukraine à l'Iran c'est une bonne politique pour la Russie tout en poussant Obama dans une situation cauchemardesque. Elle fera trembler Obama dans ses "mom-jean" et diminuer encore davantage la puissance américaine. Obama a déjà déclaré qu'il n'agirait pas militairement en réponse à la situation ukrainienne. Quels sont donc ses choix si la Russie agit sur ​​sa menace de s'allier à l'Iran?  Annuler le compte Netflix (société de télé proposant des films en flux continu) de Poutine ? 

 

Mais en reliant l'Ukraine et l'Iran cela pourrait bien être un rêve qui deviendrait ainsi une réalité israélienne. Mead a déclaré: " La stratégie d'Obama a toujours été un risque, si la Russie se déplace dans une coopération active avec l'Iran, il est difficile de voir comment la Maison Blanche peut garder l'espoir." C'est vrai. Mais si la Russie se déplace dans le camp de l'Iran, Israël a l'excuse parfaite pour aller de l'avant par une frappe militaire sur les installations nucléaires de l'Iran  et aura probablement le soutien de l'ensemble du monde occidental (en plus des alliés de l'Amérique du Moyen-Orient comme l'Arabie saoudite), qui sera soulagé qu'au moins une personne fait face aux odieux.

 

Les Experts du Moyen-Orient et de politique étrangère ont hésité pendant des années en analysant la capacité d'Israël à mener une frappe militaire unilatérale réussie contre les installations nucléaires de l'Iran, de deviner quand il pourrait procéder, et je me demandais si les États-Unis supporteraient Israël de le faire. Certains se demandent pourquoi le soutien des États-Unis est une condition nécessaire à une frappe israélienne qui est dans l'intérêt de la sécurité nationale d'Israël. Il suffit de regarder une carte de la région et le fait que le pays, de la taille de l'État du New Jersey et de seulement neuf miles de large à son point le plus étroit, est entouré par 21 pays arabes, la grande majorité sont des adversaires, cela fait comprendre la nécessité pour Israël d'avoir le soutien d'amis.

 

Lorsque la nation la plus puissante sur terre, celle qui fournit Israël avec le plus de soutien à la fois militaire et diplomatique, ordonne à son allié de ne pas attaquer un autre pays, Israël se retrouve avec peu de choix mais se doit d'écouter. C'est pourquoi Obama, Kerry, Clinton, et Panetta ont pu rouler publiquement Israël avec peu de jeu. Mais c'est aussi pourquoi les menaces de l'administration d'isolement et d'abandon international ont obligé Israël avec peu de choix de proclamer haut et fort son droit de prendre toutes les mesures nécessaires afin d'assurer la sûreté et la sécurité de sa population - pour se défendre, par lui-même.

 

Et il y a beaucoup de signes qu'Israël est prêt à le faire. Dans la sixième année de l'administration Obama, les Israéliens savent très bien que le président américain qui a promis, " Les États-Unis seront toujours derrière Israël quand il s'agit de sa sécurité " n'a pas l'intention de réellement donner suite à cette assurance. Les États-Unis peuvent avoir été " choqués "(juste choqués!) par les déclarations du ministre israélien de la Défense Moshe Ya'alon cette semaine quand il a estimé qu'Israël doit " se comporter comme si nous n'avions personne pour faire attention à nous, mais seulement nous-mêmes," en partie parce que:

... nous avons pensé que ceux qui devraient mener la campagne contre l'Iran c'étaient  les États-Unis. Mais à un certain stade les États-Unis sont entrés en négociations avec lui, et malheureusement, quand il s'agit de négocier dans un Baazar persan, les Iraniens sont les meilleurs.

 

Mais Ya'alon a certainement dit la vérité sur le pouvoir. En parlant de puissance, tournons-nous vers une véritable superpuissance. Pas le genre de jours de gloire pré-Obama que nous nous remémorons et de la Pax Americana qui a maintenu la stabilité dans le monde, mais de la superpuissance qui se présente sous la forme d'un générateur de démocratie - une puissance économique et militaire connue sous le nom d'Israël . Comme celà a été rapporté dans le Times of Israël de cette semaine:

Les forces de sécurité israéliennes ont la capacité de mener des opérations militaires dans pratiquement toutes les parties du globe, y compris l'Iran, le chef d'état-major de Tsahal Benny Gantz a déclaré mercredi, ajoutant qu'Israël avait déjà mené des dizaines d'opérations secrètes dans les pays étrangers et ennemis ....

Le correspondant de la télévision a affirmé que les commentaires de Gantz représentaient une première reconnaissance "définitive" qu'Israël est capable d'une intervention militaire en Iran et qu'ils constituaient une indication du chef d'état-major que ce type d'activité a été déjà le cas.

 

Et selon une correspondance dans Ha'aretz, malgré les négociations en cours entre l'Iran et P5 +1, Netanyahu et Ya'alon ont ordonné à Tsahal de commencer les préparatifs pour une éventuelle frappe iranienne en 2014, réservant au moins $ 2,89 milliards pour l'opération. (En passant, pensez à ce montant en dollars dans le cadre des 52 milliards de dollars qu'Obama a dépensé en trois mois en publicité pour l'ObamaCare et essayer de ne pas jeter quelque chose sur la télévision la prochaine fois que vous le verrez  plaisanter avec Jimmy Fallon, Ellen DeGeneres, Zach Galifianakis, Kobe Bryant, et que le reste de son entourage l'adore.)

 

Beaucoup de supporters d'Israël avaient espéré que Netanyahu attaquerait l'Iran avant la victoire d'Obama, de 2012 croyant qu'Obama aurait été obligé de soutenir Israël par crainte de représailles de la part de l'électorat parcequ'il n'avait pas réussi à le faire. C'est pourquoi aujourd'hui, quand les bons gars du monde se dérobent à leurs responsabilités et retrecissent leur envergure face aux mauvais types jamais plus puissants permis par le président des États-Unis, c'est le moment pour Israël d'agir.

 

Poutine a donné à Netanyahu le cadeau d'une seconde chance. Dans la période qui précéde les élections de mi-mandat 2014, dans laquelle Obama doit garder le Sénat sous le contrôle des Démocrates, Obama n'aurait pas d'autre choix que de se tenir derrière Israël si il attaque l'Iran. Si la Russie est avec l'Iran, Obama sera forcé de se tenir aux côtés d'Israël ou de perdre le peuple américain pour le Parti Républicain. Il ne peut pas risquer que cela se produise. Et Netanyahu ne peut pas se permettre de ne pas agir en conséquence.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai