Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Abbas à Obama: Pas de "paix" Sans la libération de 26 terroristes

18 Mars 2014 , Rédigé par mordeh'ai

Par P. David Hornik

 

Cliquez icihttp://www.frontpagemag.com/2014/davidhornik/abbas-to-obama-no-peace-without-26-freed-terrorists/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

2121664613On peut se demander si, au cours de sa rencontre avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à la Maison Blanche lundi, le président Obama jamais senti qu'il était soumis à un shakedown. Devant la presse, M. Abbas a exprimé sa préoccupation au sujet de la libération par Israël d'un quatrième et dernier lot de 26 terroristes palestiniens condamnés à la date prévue, le 29 Mars, affirmant que cela «donnerait une impression très solide de la gravité des Israéliens sur le processus de paix . "

Ce dernier «processus», qui a commencé pour une période de neuf mois en Juillet dernier, doit prendre fin, sauf prolongation — en avril. Pour employer un euphémisme, il  serait mal venu en Israël, et certainement dans la coalition du Premier ministre Binyamin Netanyahou, si les prisonniers sont libérés, sans même la poursuite des pourparlers comme une récompense supposée.

Abbas, bien sûr, est sous la pression de la rue pour obtenir la libération de prison des 26 incarcérés. Par contre Il n'a aucune pression pour "faire la paix" avec Israël, un concept occidental étranger à la population palestinienne, qui a été nourri -sous je régime de tutelle d'Abbas de haine pure et de délégitimation d'Israël. 

Abbas poursuivit son escroquerie en prétendant que les Palestiniens avaient déjà reconnu Israël en 1988 et 1993. C'était une tentative de se soustraire à la demande d'Israël pour la reconnaissance en tant qu'Etat juif. C'était également faux.

Comme l'a noté Alan Baker, un ancien conseiller juridique du ministère des Affaires étrangères israélien, la supposée reconnaissance de 1988 d'Israël comme Etat juif par Yasser Arafat, le prédécesseur d'Abbas, a été rejeté comme totalement inadéquate par les États-Unis à l'époque. Comme pour 1993, à l'époque Arafat a prétendument reconnu le «droit d'exister» d'Israël, mais sans faire mention à son caractère juif.

Cette échapatoire continue, a un fondement simple: reconnaître Israël comme Etat juif c'est bien que si sémantiquement cela met fin à la demande de le submerger de réfugiés par le "droit du retour". Il n'est qu'une chose pour laquelle Abbas est catégorique - promouvoir cette autre suprême valeur que d'obtenir la libération des terroristes condamnés.

Celà sonne, en d'autres termes - comme un blocage, comme il a été à peu près prévu à l'époque où ce dernier "processus" se déroulait.

Obama, pour sa part, a salué M. Abbas comme "quelqu'un qui a renoncé à la violence" et ne lui a pas fait subir l'une de ses critiques belliqueuses comme il l'a fait à Netanyahu sur son chemin vers la Maison Blanche il y a deux semaines.

Encore une fois, certaines choses sont prévisibles; personne ne s'est attendu au "renoncement de la violence" d'Abbas, qui, un peu plus tôt ce mois-ci a envoyé une gerbe de fleurs en l'honneur d'un terroriste qui a tué en 2002 huit personnes en se faisant exploser dans un bus israélien; l'antipathie spéciale qu'Obama éprouve à l'encontre du dirigeant israélien.

Une note de réalisme semble se glisser quand Obama dit que la paix est un "objectif difficile à atteindre" et, "Il est très difficile. C'est très dur. Nous allons devoir prendre des décisions difficiles et des risques politiques, si nous voulons être en mesure de faire avancer les choses ".

Quelques jours plus tôt le ministre de la défense d'Israël Moshe Yaalon, avec son  franc-parler, à dire les choses crûment et sans langue-de-bois:

Malheureusement, un accord ne se fera pas dans ma génération .... Abbas est un partenaire qui prend, pas un partenaire qui donne. Il n'est pas un partenaire pour un accord de paix permanent qui inclut la reconnaissance d'Israël comme l'Etat national du peuple juif. Il veut juste le retour des prisonniers ....

En d'autres termes, ce qui est connu comme un chantage. Les deux prochaines semaines devraient dire laquelle de ces deux possibilités désagréables Israël fera face: le chantage continuera; ou se terminera, avec une Autorité palestinienne qui veut se tourner vers l'ONU pour faire la guerre diplomatique à Israël, et Israël à peine assuré du soutien des États-Unis.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :