Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Un Scénario de "paix" alternatif pour le Moyen-Orient

17 Février 2014 , Rédigé par mordeh'ai

par Joseph Puder

http://www.frontpagemag.com/2014/joseph-puder/an-alternative-peace-scenario-for-the-middle-east/

Adapté par Mordeh'aï pour Malaassot.com

 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu doit se rendre à Washington le 2 Mars 2014, où il s'adressera à la Conférence de l'AIPAC. Le lendemain, M. Netanyahu rencontrera le président américain Barack Obama à la Maison Blanche. Les deux concentreront probablement  leurs discussions sur les négociations en cours sur le programme nucléaire de l'Iran, et le processus de paix israélo-palestinien dirigé par le Secrétaire d'État John Kerry.

 

Kerry, selon des sources israéliennes, se prépare à présenter un accord-cadre  qui comprendrait la reconnaissance palestinienne d'Israël comme l'Etat-nation des Juifs, côte à côte avec la reconnaissance de la Palestine par Israël comme l'Etat-nation de l'Autorité palestinienne. En ce qui concerne les frontières, le document de Kerry, dit de noter que les négociations entre Israël et les Palestiniens seront fondées sur les lignes de 1967 ce qui permet des échanges de terres, et prenant en considération les changements démographiques qui ont eu lieu au cours des dernières décennies.

 

Certains experts ont conclu que le Premier ministre Netanyahu peut accepter la proposition de cadre du secrétaire d'État John Kerry. Un plan, qui selon Charles Jacobs, co-fondateur des Américains pour la paix et la tolérance, " pousserait l'Etat juif à revenir aux frontières de 1967, avec des échanges de terres, et abandonnerait 25-30% d'implantations juives derrière ces lignes, et cèderait ou louerait à l'Autorité palestinienne pour une dizaine d'années la vallée du Jourdain, longtemps estimée à la fois par le Parti travailliste et le Likoud comme barrière de protection d'Israël, sans laquelle il existera un pont de terre arabe de Bagdad aux portes de Tel Aviv ".

 

 Ensuite, il y a un autre scénario à considérer ... assistant à la célébration de la Bar Mitzvah d'une connaissance mutuelle, le Premier ministre Netanyahu et le professeur Israël (Robert) Aumann, récipiandaire du Prix Nobel d'économie de l'année 2005 (un prix qu'il a partagé avec Thomas Schelling pour leur travail sur les conflits et la coopération à travers l'analyse de la théorie des jeux), ont eu une discussion.

 

Netanyahu se rapproche d'Aumann, professeur à l'Université hébraïque de Jérusalem, avec une demande de préparer un scénario dans lequel une guerre éclate, cinq ans après, que les forces israéliennes se soient retirées de Judée et Samarie (Cisjordanie). Netanyahu invite Aumann d'utiliser ses vastes connaissances en analyse de la théorie des jeux de préparer un rapport, qu'il prévoit de montrer à Obama lors d'une réunion privée.

 

Le Professeur Aumann fournit à Netanyahu un rapport de 92 pages, qui détaille le développement de l'opération «Coup de poing d'acier», également connu par le peuple comme la «guerre sans la Judée et de la Samarie.» En utilisant les données de la deuxième guerre du Liban (2006) et la Guerre (Plomb durci, 2008-2009), dans la bande de Gaza Aumann note que ... presque immédiatement après la création de l'Etat, les Palestiniens annoncent un plan pour la construction d'une infrastructure industrielle et agricole qui nécessite l'envoi aérien et l'importation d'équipement lourd. Peu de temps après, les services de renseignements d'Israël découvriraient que, avec l'importation de "matériel lourd," des armes sophistiquées  que matériel de fabrication passée en contrebande sert à la construction de missiles de différentes gammes, de véhicules blindés, et des explosifs.

 

Trois ans après la création d'un Etat palestinien indépendant dans 97% du territoire de la Cisjordanie, y compris la bande de Gaza et un pont de terre qui relierait  Gaza à la Cisjordanie, les Palestiniens inaugureront deux aéroports, un aéroport international, quelque part entre Ramallah et Naplouse, et un aéroport intérieur dans Gaza.

 

Cinq ans après la création d'un Etat palestinien indépendant, une guerre contre l'Etat juif va éclate sur tous les fronts: Liban, Gaza et Cisjordanie.

 

La République islamique d'Iran, qui avait signé un accord avec le P5 +1 cinq ans plus tôt , permettant une inspection par des inspecteurs de l'AIEA de ses installations nucléaires, fournit à l'Etat palestinien naissant avec le prétendu "équipement lourd," industriel et agricole qui n'était qu'une simple couverture pour les livraisons d'armes. Rappelons que Abou Mazen (Mahmoud Abbas), le président de l'Autorité palestinienne, a promis dans une interview au New York Times (Février 2, 2014) que " Nous serons démilitarisés" .

 

Le même régime iranien qui donnerait "l'équipement lourd industriel et agricole," la demande comme contrepartie qu'à un signal donné les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie ainsi que le Hezbollah au Liban lancent un bombardement massif sur Israël couvrant toute la longueur du pays. L'excuse apparente pour la guerre à Israël, telle qu'elle est exprimée par le Premier Ministre de la Palestine Marwan Barghouti (actuellement dans une prison israélienne), est qu'Israël a échoué à remplir ses engagements sur le "droit du retour" des Palestiniens.

 

Le rapport du professeur Aumann couvre les diverses mesures prises par les combattants, y compris la mobilisation précipitée des forces de réserve israéliennes. Les combats se produisent entre l'armée israélienne et la «cinquième colonne» des israélo-arabes qui bloquent délibérément les carrefours sur le chemin de points de mobilisation. Arabes israéliens expriment ouvertement leur soutien à la guerre contre Israël en dépit d'être les victimes du bombardement lourd palestinien sur Israël.

 

Le Professeur Aumann présente dans son rapport, le bilan de la guerre qui dure un mois et demi. Le Grand Tel Aviv en particulier, paie le plus lourd tribut à la destruction et en pertes humaines à la suite de la guerre. La guerre provoque toutefois la pleine unité entre la gauche et la droite politique en Israël. Cette unité se traduit par une réponse israélienne énergique. Il lève toutes les restrictions de l'armée israélienne que Israël fait face à la destruction possible de son troisième empire économique. Les Palestiniens et la Palestine paient un prix encore plus lourd pour leur agression. Les pertes du côté palestinien sont horribles.

 

Le Premier Ministre Netanyahu, en présentant ce rapport au président Obama dit: «Mon cher Président Obama et ami, de  l'État du peuple juif, l'État d'Israël, où les gens du Livre se sont assemblés après 2000 ans de persécution et d'exil, ne sont pas disposés à faire des pages de l'histoire comme une nation vaincue. Nous sommes donc opposé à un État souverain supplémentaire entre le Jourdain et la Méditerranée ".

 

Dans son article à Aish.com, intitulé Le Paradox du maitre-chanteur: la théorie des jeux et des négociations avec les pays arabes, le Professeur Aumann écrit: «Les relations politiques entre Israël et les pays arabes sont réalisées selon les principes de ce  paradoxe. Les Arabes (qui bien sûr se réfèrent aux Palestiniens) présentent  à chaque négociation des positions d'ouverture rigides et déraisonnables. Ils véhiculent la confiance et l'assurance dans leurs demandes, et s'assurent de faire comprendre à Israël qu'ils ne sauront jamais renoncer à aucune de ces exigences. En l'absence d'une alternative, Israël est obligé de céder au chantage en raison de la perception qu'il quittera la salle de négociation avec rien si elle est inflexible ".

 

Netanyahu doit faire des choix. Il saura probablement faire pression sur le président Obama sur l'arrêt de l'avancement continu de l'Iran de son programme nucléaire, et appeler à des sanctions qui doivent impérativement être maintenues. Obama va les refouler, demandant à Israël de se conformer au cadre de Kerry pour la paix. Netanyahu va probablement accepter le «cadre» avec quelques réserves. Les Palestiniens pourraient être persuadés de reconnaître Israël comme l'Etat national du peuple juif, mais demanderont ensuite "le droit au retour" des réfugiés palestiniens, ou bien appeleront au contrôle immédiat et total sur la vallée du Jourdain. Si les Palestiniens acceptent pleinement les paramètres du cadre de Kerry, il est d'autant plus impératif pour Netanyahu de présenter à Obama  le scénario d' Aumann. Les gouvernements israéliens dans le passé ont rejeté les pressions de l'administration américaine et les menaces lorsque les intérêts essentiels de la sécurité d'Israël étaient en péril. Netanyahu ne devrait pas faire moins.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :