Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Prestidigitation et processus de paix au Moyen-Orient

22 Février 2014 , Rédigé par mordeh'ai

Par Caren Besner

http://www.americanthinker.com/2014/02/prestidigitation_and_the_mideast_peace_process.html

Adaptation par Mordeh'aï pour le blog malaassot.com

 

 Marcher dans les rues de nombreuses villes américaines et vous trouverez peut-être un véritable artiste de son métier. Le jeu s'appelle Three Card Monte (Boneto), et comme la plupart des offres de police expérimentés vous le diront, c'est une arnaque perpétrée par une personne hautement qualifiée dans l'art de la prestidigitation. Le but du jeu est de choisir le "as de pique" à partir d'un ensemble de trois cartes habilement placé en face de la victime sans méfiance. Laissez-nous un instant assimiler cette insaisissable «as de pique» pour le processus de paix au Moyen-Orient: un objectif de nombreuses personnes dans la théorie aspirent à, mais en réalité, personne n'a la capacité ou la sagesse à obtenir.

 

Une des grandes idées fausses qui a surgi sur le conflit israélo-arabe, c'est que le problème palestinien est la principale source de la plupart des problèmes du Moyen-Orient. Un certain nombre d'intellectuels et d'universitaires ont donné crédit à cette idée et elle a été accepté comme un fait par l'administration américaine actuelle ainsi que par plusieurs précédentes. Cette explication est trop simpliste, la réalité est beaucoup plus complexe et compliquée. Si la paix avec Israël venait à être signée demain, améliorera-t-elle la qualité de vie pour l'arabe moyen? Egypte connaîtra-elle soudainnement le plein emploi? La guerre civile syrienne prendrait-elle fin brusquement? Chiites et sunnites  arrêteraient-ils leurs tueries en Irak? Les milices en Libye accepteraient-elles de  jeter soudainement les armes et de se soumettre à l'autorité du gouvernement central? Les cellules terroristes au Yémen arrêteraient-elles de  planifier des attentats contre l'Occident et l'Iran cesserait-il ses efforts pour acquérir des armes nucléaires?

 

La vérité pure et simple est celle de tous les États Arabes, outre la Jordanie qui a fait une tentative pour améliorer le sort des Palestiniens. Egypte les confinent dans la bande de Gaza. le Liban et la Syrie vivent entre eux dans la misère dans des camps de réfugiés sordides. Même la Ligue arabe a demandé à ses États membres  de refuser la citoyenneté aux réfugiés palestiniens et à leurs descendants sur le prétexte qu'ils voulaient " éviter une dissolution de leur identité et de protéger leur droit au retou." Ils gardent délibérément le problème palestinien fétide, parcequ'il sert de cri de ralliement pour la cause de l'unité pan-arabe, car le monde arabe est loin d'être unifié. Des générations successives de dirigeants arabes de Gamal Abdel Nasser à Hafez el-Assad et Saddam Hussein l'ont compris, et ont joué sur ce thème, en l'utilisant pour améliorer leur propre stature dans le monde arabe.

 

Pourquoi l'Autorité palestinienne devrait-elle accepter un règlement quand ils sont convaincus que l'opinion mondiale critiquera et admonestera Israël pour l'échec des négociations? Ils croient que le temps est finalement de leur côté, comme en témoigne la croissance du Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), la culture anti-Israël de la position de l'Union européenne, l'isolement persistant d'Israël de la communauté mondiale des nations, et avec le spectre d'une nouvelle Intifada palestinienne qui se profile à l'horizon. Même parmi la communauté juive américaine, le soutien inconditionnel à Israël est en déclin, il se manifeste par la croissance des organisations telles que J Street, qui donne une légitimité à la cause palestinienne.

 

L'administration actuelle à Washington a fait une série d'erreurs sans fin quand il s'agit de politique au Moyen-Orient. Elle a soutenu le mouvement du printemps arabe dans l'espoir que cela conduirait à une véritable réforme démocratique. À l'exception possible de la Tunisie, nous voyons à quel point cela a tourné. Elle suppose que cela pourrait fonctionner avec les fondamentalistes islamiques, qui, bien qu'ils partagent ensemble le même dogme et les croyances d'Al-Qaïda, ils ne sont pas directement affiliés à cette organisation. Nous avons vu le résultat de cette politique se concrétiser à Benghazi. Il a diminué la puissance américaine et son prestige au Moyen-Orient, les alliés traditionnels abandonnés comme l'Egypte et l'Arabie Saoudite, a encouragé les ambitions nucléaires de l'Iran, et  créé un vide de pouvoir que la Russie semble que trop heureuse de remplir. Maintenant, le gouvernement américain insiste pour poursuivre une politique "Chamberlainesque" de "la paix dans notre temps" à n'importe quel prix, au détriment d'Israël. Peut-être que cette administration croit vraiment qu'elle peut effectivement trouver "l'as de pique" dans le tableau de l'artiste de bunco (similaire au bingo)?

 

Israël a fait concession après concession au nom de la paix, mais a seulement vu dans la réciprocité que des actes de guerre. Il a unilatéralement évacué Gaza et le sud du Liban, seulement pour voir des milliers de roquettes tirées à travers leurs frontières. Il a remis en plus la Cisjordanie à l'Autorité palestinienne, seulement pour voir une vague d'attaques terroristes dirigée contre Israël et lancée à partir de cette zone. Ce n'est que lorsque Israël a construit le mur de sécurité tant décrié, que les bombes humaines ont cessé. À au moins trois reprises auparavant il a offert aux Palestiniens un état ​​propre en leur donnant pratiquement tout ce qu'ils étaient, en théorie, demander; il n'a vu seulement ses offres repoussées.

 

De toute évidence, l'Autorité palestinienne, le Hamas, le Hezb'allah, et ​​les maîtres de ces marionnettes qui tirent les ficelles ne veulent pas la paix. Ils ne sont pas prêts à accepter l'existence d'un Etat juif, même dans les limites des frontières de 1967 sur les terres qu'ils considèrent comme leur véritable bien. C'est le cœur du dilemme. A la fin de Golda Meir a dit: " Nous aurons la paix lorsque les Arabes aimeront leurs enfants plus qu'ils ne nous haïssent." Malheureusement, ce jour n'est pas arrivé. Tant que ce sera le cas, il y aura des intéressés du jeu du Three Card Monte?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :