Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Pas de solution? alors gardons le statu-quo!

17 Février 2014 , Rédigé par mordeh'ai

Par Vic Rosenthal

http://fresnozionism.org/2014/02/no-solution-then-keep-the-status-quo/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Voici un exemple d'un phénomène populaire qui est difficile à comprendre. Isi Liebler a écrit :

Le soutien de la diaspora juive à Israël ne peut pas être basé exclusivement sur ​​l'intransigeance et le mal d'Abbas et de l'Autorité palestinienne. Au lieu de cela, il doit s' articuler sur une large union politique stratégiquement positive autour de laquelle des militants pro-israéliens peuvent construire leurs cas. Ils devraient réaffirmer leur soutien à une solution à deux Etats qui reflète la volonté de la grande majorité des Israéliens de mettre fin à la domination israélienne sur la population arabe. Ils devraient soutenir le maintien des grands blocs d'implantations, comme énoncé dans la lettre du président George W. Bush au Premier ministre Ariel Sharon. Ils devraient indiquer explicitement que dans le repaire régional de scorpions  au milieu duquel il existe, Israël ne fera pas de compromis sur la sécurité des frontières défendables et devrait exiger que ses voisins reconnaissent sa souveraineté en tant que nation juive.

 

Liebler est un sioniste et bien informé. Et pourtant, il ne semble pas savoir (ou l'ignore) le fait qu'Israël ne  " règne pas sur la population arabe."  Plus de 90% (j'ai vu des chiffres aussi élevés que 97%) de la population arabe de Judée et Samarie sont "gouvernés" par l'Autorité palestinienne (AP). Et je ne vais même pas discuter de l'idée folle qui est si populaire à gauche que Gaza est «occupée»!

 

Certes, l'Autorité palestinienne ne contrôle pas son espace aérien ou ses frontières. Et les forces de sécurité israéliennes  pénètrent parfois en zones de l'AP pour arrêter des terroristes qui ont commis des attaques contre des Israéliens ou préparent de telles attaques. L'Autorité palestinienne n'est pas autorisée à avoir des chars, des armes antiaériennes, ni armes chimiques et nucléaires qu'elle voudrait tant avoir . Mais c'est le minimum qui est nécessaire pour l'auto-préservation d'Israël.

 

Ce qui semble se passer ici c'est que Liebler ne peut toujours pas secouer l'illusion que le retrait de Judée et Samarie n'améliorera en aucune façon la position stratégique d'Israël.

 

Il dirait sans doute que les menaces européennes et américaines et l'encouragement des dites menaces est dangereux. Il a raison à ce sujet, mais elles ne sont pas aussi dangereuses que les conséquences de l'acceptation de frontières indéfendables, avec ou sans haute technologie qui feignent être des solutions, que tout plan à deux Etats entraîne et crée un Etat arabe souverain dans les territoires .

 

 Il devrait également être évident que les demandes des Arabes et de l'Europe (qui est elle-même travaillée par des relents d' antisémitisme récents) ne diminueront pas avant qu'Israël n'ait été entièrement sans défense.

 

J'ai proposé , comme une solution idéale, qu'Israël annexe toute la Judée et la Samarie, et incite des membres d'organisations violentes comme celles comprenant l'OLP de quitter (avec compensation ou, si nécessaire, par la coercition). Mais si c'est politiquement impossible, alors le statu quo - ce qui signifie essentiellement le maintien d'une entité palestinienne autonome avec moins de pleine souveraineté - est acceptable.

 

Quand Rabin a d'abord accepté Oslo, sa conception semble avoir été que l'entité palestinienne serait démilitarisée et certaines limites seraient imposées à sa souveraineté (contrôle des frontières, l'espace aérien, etc.) L'Autorité palestinienne, qu'Oslo a conçu comme un dispositif temporaire sur la voie d'une solution permanente, semble s'être transformé précisément en cela.

 

Le gouvernement israélien a réagi à la pression - la mission de Kerry est juste la dernière manifestation de cette pression - de manière ambiguë. Plusieurs membres du cabinet, comme le note Liebler, disent des choses différentes. La position officielle semble privilégier une "solution à deux Etats" avec des réserves. Les réserves changent de jour en jour.

 

Voici ce que le gouvernement pourrait dire afin de normaliser le statut quo (en parlant d'une seule voix si possible):

Dans la mesure où les négociations avec l'Autorité palestinienne ont échoué - l'AP ayant refusé de reconnaître notre souveraineté et le droit à l'autodétermination - nous considérons le «processus de paix» qui a commencé avec l'accord d'Oslo est officiellement terminé.

Nous considérons que l'Autorité Palestinienne  règit la population arabe des zones A et B, et le Hamas (une entité hostile avec qui nous sommes en état de guerre) gère la bande de Gaza. Nous considérons ces territoires comme autonomes.

Nous allons continuer à discuter de questions telles que les préoccupations environnementales et l'eau avec l'Autorité palestinienne dans la mesure où elle le souhaite. Mais les actes de guerre auront des réponses appropriées en tant que tels.

Nous annonçons également que nous allons continuer à imposer unilatéralement le contrôle des frontières et l'espace aérien, etc Nous allons interdire les livraisons d'armes à l'Autorité palestinienne et prendrons toutes les mesures nécessaires unilatérales d'arrêter le terrorisme émanant de ces zones. Toutes ces actions sont basées sur notre droit de légitime défense, tel qu'il est énoncé dans la Charte des Nations Unies. Les Etats-Unis, l'Union Européenne et d'autres n'ont pas le droit de s'immiscer dans l'exercice de ce droit d'Israël .

 

Ceci serait combinée avec l'application de la loi israélienne à la zone C, et un accent mis sur Jérusalem comme la capitale indivisible d'Israël. D'autres zones d'ambiguïtés qui doivent être clarifiées sont la question de la souveraineté sur le Mont du Temple (il appartient à Israël), et aucune tolérance pour « délit de terrorisme » à Jérusalem et en Judée / Samarie (qui devrait être traité avec sévérité).

 

Est-ce que ceci est la solution idéale? Non. N'est-il pas la meilleure solution plutôt que de continuer à participer à un «processus de paix» intrinsèquement contradictoire? Oui Absolument.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :