Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Oui, M. Erekat, Jésus était un Juif

19 Février 2014 , Rédigé par mordeh'ai

Par Michael Curtis

http://www.americanthinker.com/2014/02/yes_mr_erekat_jesus_was_a_jew.html

Adapté par Mordeh'aï pour le blog malaassot.com

 

La chose la plus gentille que l'on peut dire à propos de Saeb Erekat, le chef "négociateur" palestinien, est qu'il souffre, ou feint de souffrir, de délires ou fantasmes. Comment expliquer autrement sa déclaration du 31 Janvier 2014, au congrès de Munich où il a précisé la raison du refus l' palestinien d'accepter Israël comme un Etat juif? Pour ce faire, il dit, ce serait " me demander de modifier mon récit."

 

C'est récit victimaire palestinien, inventé, a été concocté de commentaires hyperboliques et inexacts de l'histoire du Moyen-Orient et des politiques israéliennes. Erekat l'a employé, comme beaucoup d'autres critiques et boycotteurs d'Israël l'ont fait, à des fins politiques.


Erekat prétend et affirme:  " Je suis le fils des fiers  Cananéens qui étaient depuis 5500 ans avant même que Joshua Ben Nun ne brûle la ville de Jéricho ." La poussée de son affirmation est que les Palestiniens sont les descendants de ces Cananéens, et sont donc la population indigène réelle de la Terre. Les Juifs, soutient-il, sont entrés ont fait leur apparition dans cette zone à une période ultérieure. De quelle manière mystérieuse, les Cananéens sont devenus les ancêtres des Palestiniens . En outre, contrairement à toute compréhension, le récit palestinien promeut l'idée que Jésus était un palestinien , plutôt qu'un Juif. Le Conseil œcuménique des Églises, l'Église presbytérienne, et le Conseil du Proche-Orient pourraient en prendre note.

 

La déclaration de M. Erekat a besoin d'être corrigée. Tout d'abord, du  coté de la référence biblique elle n'est pas tout à fait exacte. Ce sont les sacrificateurs qui sonnèrent des cornes de bélier, (ou trompettes, dans le récit de Louis Armstrong) et les cris des Israélites, qui ont provoqué la chute des murs de la ville de Jéricho. Ce n'est que plus tard, après que les dommages réels que le reste de la ville a brûlé.

L'Autobiographie personnelle d'Erekat est trompeuse. Il ne peut pas être considéré comme un fils des Cananéens et n'a pas de revendication historique de la Palestine. S'il est vrai que depuis 1996, il a représenté Jericho dans le Conseil législatif palestinien  il ne vient pas de Jéricho, mais plutôt d'Abu Dis, un village près de Jérusalem. Ce village est maintenant dans la zone B de la Cisjordanie et est sous la juridiction civile de l'Autorité palestinienne .

Ce n'est pas toute l'histoire. Bien qu'Erekat ne traite pas de l'histoire de sa famille, il est probable que sa famille fait partie de la tribu des Huwaitat, originaire de la région nord-ouest de l'Arabie saoudite, et venue dans la région de la Palestine et de la Jordanie qu'au 20 ème siècle .

 

Plus importante est l'inexactitude historique complète d'Erekat. Bien que lui et beaucoup d'autres Palestiniens nient ou minimisent les racines juives historiques en Palestine, la preuve d'une présence juive depuis des milliers d'années dans le domaine est écrasante, antérieure à la conquête arabe de la région en 634 après JC .  En effet, près de Jéricho existe une synagogue qui remonte au Ier siècle avant JC les historiens peuvent différer des dates exactes, mais la réalité est que les Arabes se sont déplacés d'abord dans les zones contestées plus de 1600 ans après que David ne soit devenu roi d'Israël.

 

Aussi dans la chronique historique qui est la réalité que les descendants de la plupart des Arabes dans les territoires sont installés que plus récemment. Par exemple, à Ramallah, maintenant la capitale administrative de l'Autorité Palestine, les ancêtres de la plupart des familles est venu vers le 15 ème siècle dans la région qui est maintenant la Jordanie. Des études montrent que la plupart des familles arabes qui vivaient dans les villages proches de la côte méditerranéenne, les terres qui font maintenant partie d'Israël, ont leur origine ailleurs dans ce qui est maintenant le Soudan, la Libye, l'Egypte et la Jordanie.

Un livre récent, "A qui appartient cette Terre": Un réexamen du Coran , par le professeur Nissim Dana de l'Université Bar-Ilan, conteste la version palestinienne du récit de l'histoire d'une manière inhabituelle. Dana fait valoir qu'il y a dix passages dans le Coran qui dit qu' Allah a légué la Palestine au peuple juif qui hériteront de la terre. Il déclare également qu'il n'y a pas de passages de transmission de la terre à d'autres personnes - pas aux musulmans, ni aux  Arabes ou aux Palestiniens. Dana dit que dans le Coran, Allah commande  aux Juifs sont de conquérir et reprendre les terres des peuples qui avaient souillé le nom d'Allah en adorant des idoles.

 

Il est peu probable que de nombreux commentateurs adoptent l'analyse du Coran de Dana  comme la base de lien historique du peuple juif avec la terre de la Palestine. Néanmoins, son analyse peut aider à démystifier le faux récit historique mis en avant par Erekat et d'autres. Il ne sert en rien les fausses déclarations politiquement motivées à la terre qui sont faites par les prétendus négociateurs palestiniens  s'il y a de véritables négociations de paix entre Israël et les Palestiniens. Même l'historien, palestinien Rashid Khalidi dans son livre l'identité palestinienne, a mis en garde qu'il y a une tendance " à relire l'histoire de la Palestine qu'au cours des derniers siècles, et même des millénaires, il y avait une conscience nationaliste et identitaire alors qu'en fait elles ne sont que relativement contemporaines."

 

Malheureusement, ce n'est pas la première fois que M. Erekat fait des déclarations inexactes et téméraires. La plus troublante de ses assertions concernée le " Bouclier Défensif " l'opération militaire israélienne en Avril 2002. L'opération a eu lieu en réponse aux attaques contre les civils israéliens par des groupes terroristes opérant à partir de la ville de Jénine. Erekat a déclaré, et a refusé de nier cette allégation, que l'activité israélienne était un massacre et un crime de guerre dans lequel plus de 500 innocents Palestiniens ont été tués. En fait, le nombre de morts de Palestiniens a été de 54, dont presque tous étaient des membres de groupes de combattants-terroristes, tandis qu'Israël perdait 23 soldats.

Les différences sur les territoires contestés restent. Ces différences ne seront pas résolues en niant les droits des israéliens sur ces territoires, ni en insistant pour qu'Israël illégalement ou illégitimement les occupe. Le compromis est essentiel dans le règlement des questions relatives aux territoires et aux sites spéciaux. Après tout, la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies 242 du 22 Novembre 1967 a appelé au " retrait des forces armées israéliennes des territoires conquis," pas de tous les territoires qu'il détient.
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :