Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Les Israéliens ont raison de ne pas faire confiance à Obama

23 Janvier 2014 , Rédigé par mordeh'ai

Jonathan S. Tobin |

http://www.commentarymagazine.com/2014/01/22/israelis-are-right-not-to-trust-obama-iran/

En Mars dernier, le président Obama s'est rendu en Israël pour la première fois depuis sa prise de fonction. Il a donné plusieurs discours qui doivent être considérés parmi les plus pro-sionistes jamais prononcés par un dirigeant américain. Il irritait les partisans du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, en demandant aux Israéliens de faire pression sur leur gouvernement de prendre des risques pour la paix - les mêmes risques, comme cela s'est passé - que ses prédécesseurs avaient déjà essayé avec des résultats désastreux. Mais le ton véritablement en faveur de ses remarques avait convaincu certains observateurs que, malgré une première période marquée par des combats presque continuels avec Jérusalem, le président peut enfin gagner un public israélien qui n'avait jamais été attiré par lui. Mais moins d'un an plus tard après cette visite tant attendue, qui n'aurait aussi bien pu ne jamais avoir lieu, tant les Israéliens sont inquiets. Une nouvelle fois d'Israël sondage publié cette semaine montre que la grande majorité ne fait pas confiance à Obama pour empêcher l'Iran d'obtenir des armes nucléaires et une majorité claire lui est défavorable.

Ceci frustre des défenseurs du président qui citent la forte coopération de sécurité  qui a continué sous son mandat, l'aide généreuse à Israël qui continue à parvenir, à l'Etat juif, ainsi que le fait qu'il a conservé le soutien de plus des deux tiers des électeurs juifs américains pour sa campagne de réélection. Les défenseurs d'Obama disent aussi qu'il devraient lui faire confiance pour en finir avec la menace nucléaire de  l'Iran de manière diplomatique. Ils insistent sur le fait que la pression de l'administration à forcer l'État juif à faire davantage de concessions aux Palestiniens est dans l'intérêt d'Israël.

Les Israéliens, cependant, ne sont pas impressionnés par l'un de ces arguments. Ils se méfient de lui plus maintenant qu'avant sa visite. Cela devrait inciter les Américains qui prétendent être des amis d'Israël à se demander ce que les Israéliens savent et qu'ils ne font pas.

La raison des faibles notes de l'approbation et de la confiance à Obama chez les Israéliens n'est pas un mystère. Il est entré en fonction en Janvier 2009 déterminé à éclairer d'un nouveau jour les relations Américano_israeliennes et n'a pas perdu de temps pour atteindre cet objectif. Les accrochages qu'il a eu avec Netanyahu ont eu surtout pour but de porter atteinte à la réputation du premier ministre en Israel, mais seulement n'a servi qu'à renforcer l'appui de ses compatriotes. Le mépris de Netanyahu pour les demandes d'Obama s'est basé sur des positions très arrêtées par la majorité des Israéliens comme un refus de diviser Jérusalem. La plupart des Israéliens ne sont pas plus adeptes des "implantations" en Cisjordanie que le président, la plupart voient l'insistance américaine à repousser Israël à ses frontières de 1967 comme une folie parce que, contrairement à Obama, ils rappellent de façon frappante les événements de 2005. Cette année du retrait israélien de Gaza a provoqué de nombreux tirs de roquettes sur leurs villes et villages le long de la frontière qu'ils considèrent maintenant comme un avertissement clair de ce qui se reproduira si l'expérience tragique venait à se répéter.

La retraite désastreuse du président sur la Syrie - après les promesses que l'utilisation d'Assad d'armes chimiques serait une «ligne rouge», qui déclencherait une réponse de l' Amérique -  il a effectivement admis qu'il n'y a rien de prêt aux Etats-Unis  pour empêcher le régime d'Assad  soutenu par la Russie et l'Iran, a également sapé la confiance israélienne dans son jugement, sans parler de ses promesses.

Ce scepticisme est encore plus grand sur l'Iran. Beaucoup a été fait dans les médias américains en 2012 et 2013 sur le manque de soutien pour une frappe israélienne unilatérale contre l'Iran parmi les membres de l'établissement de la sécurité du pays et l'opinion publique israélienne. Mais cette position était fondée sur la conviction que la seule façon de traiter avec l'Iran était en concert avec les États-Unis. Il y a peu de désaccord en Israël sur la nécessité absolue pour l'Occident d'éliminer le programme nucléaire iranien ainsi que de l'obliger à renoncer à son programme de missiles balistiques et de mettre fin à son soutien au terrorisme. Aussi, la décision des États-Unis d' adopter un accord nucléaire provisoire qui ne fait rien pour démanteler l'infrastructure nucléaire Iranienne (une position réaffirmée aujourd'hui par le ministre des Affaires étrangères iranien) de desserrer les sanctions d'une manière qui a conduit de nombreux pays en Europe à croire que les restrictions seraient bientôt éliminées tout à fait, à juste titre a inquieté Israéliens.

Bien qu'Obama s'est toujours engagé à empêcher l'Iran d'obtenir une bombe, les Israéliens considèrent l'accord de la diplomatie américaine avec le régime islamiste est très différent des partisans du président des États-Unis. Alors que de nombreux Américains acceptent les arguments de l'administration que la seule alternative à son engagement avec l'Iran est la guerre, les Israéliens comprennent que le discours émanant de Washington sur la détente avec Téhéran représente rien de moins qu'une trahison profonde des promesses d'Obama.

Les États-Unis semblent battre en retraite du Moyen-Orient, une position qui effraie beaucoup d'Arabes ainsi que les Israéliens. Ils voient la dérive vers l'apaisement avec l'Iran comme un signe que cette administration est prête à accepter un compromis avec Téhéran qui laissera la menace nucléaire entière. Dans ces circonstances, il est difficile de blâmer les Israéliens de croire qu'on ne peut pas faire confiance à Obama .  Les Amis américains d'Israël, y compris ceux qui ont voté pour Obama ont de bonnes raisons de prendre un grand recul quant aux résultats des sondages israéliens et reconsidérer leur confiance de longue date dans ce président, sans ciller.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :