Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Le 'Boycott' à l'ordre du jour du Yedioth Aharonot

21 Janvier 2014 , Rédigé par mordeh'ai

Par Dror Eydar

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=7089

Adaptation Mordeh'aï pour le blog malaassot.com

 

Le culte du politique qui a pris le relais de notre sphère publique a un modus operandi unique. Pour avoir une idée de son fonctionnement interne, simplement aller lire l'édition de lundi du quotidien Yedioth Ahronoth:" Une centaine de chefs d'entreprises tirent la sonnette d'alarme sur le boycott d'Israël ", annonce le titre. " Nous devons parvenir à un accord avec les Palestiniens ", dit l'introduction, comme si il voulait orienter ses lecteurs.

 

La semaine dernière, le Yedioth a publié une conversation confidentielle avec le ministre de la Défense Moshe (Bogie) Ya'alon. Yaalon a dit la vérité. Mais Yedioth a voulu «se le payer» et saper les efforts d'Israël pour repousser les «plans de paix»  conçus pour coincer Israël. Quand il s'agit du débat en cours entre Israël et les Etats-Unis, Yedioth a décidé de soutenir ce dernier, et par extension, de soutenir la cause palestinienne.

 

Dans l'article de lundi, Yedioth a rapporté que «Kerry n'est pas le seul qui a dit à Netanyahu qu'il ne doit pas tergiverser sur un accord de paix. Alors que les chefs d'entreprises, ont pris une posture agressive envers Netanyahu, lui disant [que] la finalisation de l'affaire est une question urgente. " Une photo de Rami Levy, célèbre pour sa chaîne de supermarchés discount, apparait en marge de l'article.

 

Lundi, Levy m'a dit qu'il n'était pas l'un de ces chefs d'entreprises dont Yedioth parlait. "Je n'ai pas signé de lettre," " Je ne vais pas dire au premier ministre ce qu'il faut faire ".me dit-il. Il a également noté que Yedioth ne lui a pas dit qu'il utiliserait son image.

 

En fait, dit-il, la réunion a été conçu pour renforcer Netanyahu, de ne pas faire pression sur lui pour modifier sa position. " Nous voulons la paix, les Palestiniens doivent prouver qu'ils la recherchent aussi." Levy dit que la plupart des gens de cette réunion étaient de la même opinion. Donc, Yedioth utilise l'image de Levy pour rallier le soutien des "Israéliens moyens"?

 

Sever Plocker, l'éditeur en chef économique au Yedioth, a ajouté son propre commentaire. Il a rappelé que, en 1993, quand, Yitzhak Rabin, alors Premier ministre  avait des doutes de parvenir à un accord avec l'Organisation de libération de la Palestine de Yasser Arafat, Les chefs d'entreprises ont publié dans les journaux le slogan «Seul celui qui ose sort victorieux», qui est également la devise de l'unité de commando d'élite Sayeret Matkal. Ils ont exhorté Rabin d'aller de l'avant avec la cérémonie des signatures.

 

Ces dirigeants ont-ils vraiment besoin de raffraichir leurs souvenirs? Ont-ils oublié qu'ils ont investi des capitaux dans un effort vain appelé les Accords d'Oslo? Cette entreprise était tellement entachée que s'il s'agissait d'un plan de développement privé, il n'aurait jamais vu le jour, aucun conseil d'administration ne l'aurait signé. Croyez-vous que les Palestiniens accepteraient de signer un accord qui mettrait fin à toutes leurs revendications juste parce que les Israéliens pensent qu'ils "manquent de temps"? Lorsqu'un parti est résolu à conclure un accord et dit qu'il n'y a «pas d'autre choix», le prix de ce marché est à la hausse.

 

On peut comprendre la naïveté de l'époque d'Oslo; son innocence était le produit d'un effort national du «lavage de cerveau des Israéliens. La propagande des années 1990 le Yediot Aharonot l'avait décrit. Le journal, avec la Gauche israélienne, avaient étouffé toute velleité d'opposition, il a fait taire les Israéliens qui étaient contre ce mensonge, qui a été ourdi à Oslo et a été présenté à Washington comme si c'était le breuvage des dieux.

 

Mais pourquoi les chefs d'entreprises ne se débarrasseraient pas de cette innocence, quelque 20 ans après que leurs théories se soient effondrées? N'ont-ils pas tirés de leçon de leur soutien mal avisé du désengagement de la bande de Gaza en 2005 et de leur refus de tenir compte des signes avant-coureurs? Comment des chefs d'entreprises, seraient-ils prêts à signer un accord avec une société infructueuse qui est empétrée dans le mensonge? Pourrraient-ils trouver un accord avec une société dont les agents tuent leurs salariés, avec une société qui continue à propager des attaques contre leur entreprise et affirme qu'elle n'a pas le droit d'exister? Saisiraient-ils une telle occasion de décrocher le contrat contre une partie de leur vie? Bien sûr. Pourquoi pas?

 

Même si tout ce que Yedioth a rapporté lundi était vrai, il y a encore des questions non résolues. Avec qui pouvons-nous faire la paix? Qui est le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas - cet homme a essayé de rompre le lien historique entre les Juifs et leur patrie - que représente-t-il vraiment?

 

Abbas dit la Terre d'Israël est le berceau du peuple palestinien. Selon Abbas, ils sont venus un jour il y a des milliers d'années, avant que le monde ait pris sa forme actuelle. Il dit que le Mont du Temple n'a jamais été utilisé comme lieu de culte par les Juifs. Les chefs d'entreprises doivent comprendre que vous ne pouvez pas faire la paix avec quelqu'un qui nie l'histoire et pour qui aucune concession israélienne n'est juste qu'une autre étape et un autre tremplin pour plusieurs revendications. Toute concession israélienne n'est qu'une partie de la mise en œuvre du «plan par étapes» de l'OLP pour la destruction d'Israël.

 

Pourquoi Yediot Aharonot n'a pas commis ce titre à la première page? Est-il devenu Haaretz? Quel intérêt sert-il? Le Yedioth est-il à la hauteur de son slogan, "Le Journal Pays"? La réponse est non. En fait, le Yedioth a perdu depuis longtemps le droit d'utiliser ce positionnement. C'est peut-être le journal de Tel-Aviv.

 

Il a dirigé le programme de la Gauche des 25 dernières années, tout en se vantant d'être le journal de la classe moyenne. Il a essayé de promouvoir les objectifs politiques d'une frange qui était le groupe dominant dans la société israélienne. Yedioth, tout comme le groupe qu'il représente, est tombé en disgrâce en raison de sa croyance fanatique dans une solution magique qui maintes et maintes fois a conduit à la guerre.

 

Mais Yedioth et Co. ont été implacable. Ils ont continué à pousser les Israéliens vers l'abîme des concessions, malgré le fait que ce chemin n'a jamais produit aucun avantage.

 

" Le secteur des entreprises a fait face à la réalité sobre que la croissance économique doit être accompagnée par la paix ", affirme Plocker vers la fin. Peut-être que je ai eu tout faux, mais l'économie israélienne n'a pas connu de croissance? ....

 

Tout cela peut donner un aperçu en deux volets du modus operandi de la Gauche. Haaretz met son idéologie à découvert; alors que le Yedioth, qui partage son idéologie, se cache derrière son sacré "secteur d'activité", qui n'est guère représentatif.

 

Ces chefs d'entreprises représentent, les mensonges de la Gauche et ses promesses vides. La majorité des Israéliens ne sont pas d'accord avec eux. Nous nous sommes dégrisés depuis Oslo. Nous sommes en 2014, pas en 1993. Il est temps de se réveiller.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :