Les responsables israéliens ont réagi avec un amer mépris au message de Noël du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas dans lequel il dit que Jésus est un Palestinien et a suggéré qu'Israël était responsable de l'exode des chrétiens de la Terre Sainte.

 

"Il aurait dû lire l'Évangile avant de prononcer de telles absurdités offensives, mais nous allons lui pardonner parce qu'il ne sait pas ce qu'il dit", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Yigal Palmor au The Times d'Israël lundi. La déclaration d'Abbas est une «réécriture scandaleuse de l'histoire chrétienne»  », selon Palmor.

 

Plus tôt lundi, M. Abbas a publié ses voeux de Noël, appelant Jésus " un messager palestinien qui allait devenir un phare pour des millions à travers le monde." Bien qu'il ait exprimé son engagement à des négociations de paix avec Israël, il a exprimé de vives critiques de la politique israélienne, y compris une accusation que Jérusalem est responsable de la situation des chrétiens en Terre Sainte.

 

"Nous célébrons Noël à Bethléem sous occupation", a écrit M. Abbas. "Cette veille de Noël, nos cœurs et nos prières seront avec les millions de personnes qui sont privées de leur droit de culte dans leur patrie." Il a appelé la barrière de sécurité un «mur d'annexion, qui vole les terres aux palestiniens et condamne leur avenir »

 

Ces déclarations plutôt hostiles ne sont "pas exactement dans l'esprit de Noël," a déclaré cyniquement Palmor, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères. "Peut-être qu'il a besoin d'une étreinte du Père Noël?"

 

Abbas a également mentionné que les Palestiniens sont "coincés sous le siège à Gaza", et "empêche ceux qui veulent prier à Bethléem. Nos pensées et nos prières sont avec le peuple du camp de réfugiés Al Dbayeh à Beyrouth, ainsi que tous nos réfugiés palestiniens - chrétiens et musulmans déracinés de leurs villes natales en 1948 et qui, depuis cette époque, ont subi les vicissitudes d'un exil forcé ".

 

Abbas a dit plus de Palestiniens vont célébrer Noël dans les villes occidentales que dans la ville de la naissance de Jésus. "Pour eux, nous disons que Bethléem est leur ville et la Palestine est leur pays. Nous continuerons à travailler sans relâche pour leur donner la liberté de décider où passer Noël ".

 

Un fonctionnaire du gouvernement israélien a pris acte en particulier avec la suggestion qu'Israël a provoqué les chrétiens à quitter la Terre Sainte. "L'exode des chrétiens de Bethléem s'est transformé en flot à partir du moment où l'AP a pris le contrôle", a déclaré le fonctionnaire.

 

Mais au moins un responsable israélien a eu des mots chaleureux pour le message de vacances Abbas: le Député Hanna Swaid (Hadash), un chrétien arabe de la ville de la Galilée des Eilaboun, soutenu le contenu si ce n'est pas les faits, de la missive de M. Abbas.

 

"Ce que le président Mahmoud Abbas a déclaré décrit la situation réelle - les Palestiniens, y compris les chrétiens, célèbrent Noël et la Saint-Sylvestre sous occupation israélienne. C'est un fait ", a-t-il dit.

 

Le message de Noël d'Abbas a semblé passer sur le fait que les chrétiens dans l'AP ne sont qu'une fraction de musulmans vivant en Cisjordanie et à Gaza.

 

"Les chrétiens ne sont pas une minorité ici: ils sont une partie intégrante du peuple palestinien", a écrit M. Abbas dans son message de Noël.  " Les Orthodoxes, les catholiques, les Arméniens, les Assyriens, les luthériens, les anglicans, les optes, les melkites, les protestants et autres font tous partis de la riche mosaïque de ce libre, souverain, démocratique et pluraliste Etat de Palestine auquel nous aspirons."

 

Selon le CIA World Factbook, les chrétiens représentent 8 pour cent de la population en Cisjordanie, et 0,7% de la bande de Gaza.

 

Swaid, a reconnu que, en réalité, les chrétiens sont une minorité parmi les Palestiniens, mais a noté qu'il apprécie néanmoins les commentaires d'Abbas. "Si le président d'un pays dit oui, il pense et croit que c'est le cas", a déclaré Swaid, ajoutant que Abbas vise à souligner que les chrétiens sont une «partie intégrante» de la société palestinienne.

 

Swaid cette semaine a tenté en vain d'obtenir la Knesset d'ériger un arbre de Noël comme un signe de la tolérance et de l'inclusion de toutes les minorités d'Israël. "J'ai essayé de faire que les chrétiens se sentent intégrés, mais hélas, ma demande a été rejetée. Président Abbas, sans même nous demander, dit que nous sommes une partie intégrante de la société. C'est une initiative bienvenue. "

 

Swaid a dit qu'il était convaincu que Abbas a choisi de mettre en évidence le fait que la société palestinienne est constituée de musulmans et de chrétiens. "Je suis heureux que le président Abbas a parlé des différences et le pluralisme du peuple palestinien".