Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Edito: La banane, le chimpanzé et le communiqué sur le terrorisme

6 Novembre 2013 , Rédigé par mordeh'ai

L'auteur critique vivement Bayit Yehudi de rester dans la coalition dirigé par le Likoud, il explique alors pourquoi lui-même est resté à la Knesset avec le Likoud.

 
Publié: par Moshé Feiglin
 
 

Les bananes sont un morceau magique de John Lennon, «Imagine».

 

Depuis le début du sionisme, nous avons essayé d'être normal, à fuir le fardeau de notre identité juive et le destin et d'être juste comme tout le monde. Tout ce que nous voulions, c'était d'être une nation comme toute autre nation.

 

Realité (synonyme de D.ieu) ne permit cependant pas que cela se produise. Le monde sait qui nous sommes réellement, et a des attentes de notre part, il se met en colère contre nous quand ces attentes ne sont pas satisfaites et nous presse.

 

Initialement, il était facile pour nous de fuir la question du destin de la sécurité de l'avion qui traitait simplement de l'existence. Notre existence, après tout, elle a toujours semblé être suspendue à un fil. Sans même s'en rendre compte, nous avons profité de notre existence précaire pour continuer à fonctionner à partir de notre destin. Musée de l'Holocauste  du Yad Vashem est devenu notre Saint Temple. Après avoir quitté ses portes, personne ne pose de questions.

 

Paradoxalement, plus que nous atteignons notre objectif de construire notre Etat moderne, fort et prospère, les retraits de conscience de l'existence et de la question de destin prennent le relais. Sans elles, la simple existence perd son sens et sa validité. La question de destin fait monter la pression, exigeant sa place dans notre expérience nationale.

 

Il exige sa place, alors que nous fuyons.

 

Curieusement, nous ne fuyons notre destin à l'existence: nous fuyons notre destin à la mise en danger de notre existence. Après tout, il est clair que lorsque nous nous retirons, nous obtenons la guerre, pas la paix. En réalité, notre destin protège nos vies ici. Mais cela entre en conflit avec le rêve sioniste de normalité.

 

Notre premier ministre est l'image de cet état ​​de conscience. Il personnifie précisément l'enveloppe extérieure de la conscience israélienne. Il ne voit pas les élites sociales - et certainement pas les élites militaires - comme «quelque chose de mourir pour» (Lennon). Tout ce qu'il voit, c'est l'existence. Notre PM nous donne exactement ce que nous voulons: encore 24 heures d'illusion et de normalité.

 

Le problème est que cette normalité, venant comme il le fait pour remplacer le destin, nie le but de notre existence ici, écrase notre droit d'exister et nous expose à des pressions de plus en intensives.

 

De cette façon, notre PM est obligé de jongler en permanence avec notre sécurité dans une tentative d'apaiser le monstre et de le nourrir aussi peu que possible tout en essayant de nous acheter un jour de plus ennuyeux.

 

Le monstre a exigé un retrait israélien. Le monstre a exigé un moratoire sur la construction: Netanyahu comprend bien où cela va mener. Donc, avec empressement suprême réservé uniquement pour le plus talentueux des jongleurs, le Premier ministre a réussi à nous acheter encore quelques jours de la normalité en échange de la libération de meurtriers vieillissant - et les sionistes religieux ingrats de lui  jeter des tomates.

 

Nous sommes le chimpanzé et les bananes nous appartiennent, à tous. Nous nous accrochons à euxelles afin d'essayer d'être normaux. Et comme le pauvre chimpanzé, nous perdons notre liberté et mettons en danger nos vies dans le processus. Mais nous n'obtenons pas de manger des bananes et d'être normaux. Notre destin est le fondement de notre existence; toute tentative d'échapper à cela nous met en danger. Rappelez-vous juste Oslo.

 

Nous sommes pratiquement prêts à nous suicider pour échapper à nous-mêmes. N'avons-nous vraiment pas compris que lorsque nous avions fui le Goush Katif nous obtiendrions des missiles sur Tel Aviv?

 

Il y a un cercle interne supplémentaire. A l'intérieur du baril sont de petits singes intelligents avec des cercles colorés sur leurs têtes. Ces petits singes peuvent se libérer  et libérer le chimpanzé. Mais ils sont piégés dans leurs propres bananes .

 

Le sens de la destinée est censé être beaucoup plus dominant pour les petits singes sionistes religieux. Ils ont également prouvé qu'ils savent comment ramasser les bananes non moins efficacement que le chimpanzé, dans le milieu universitaire, l'armée, la politique et dans tous les autres aspects de la vie israélienne. Les singes sionistes religieux étaient censés être notre grand espoir. " La génération kippa crochetée," comme l'appelait avec admiration Ephraim Kishon .

 

Mais tout comme le chimpanzé n'a pas réussi à répondre aux attentes du monde, qui s'est transformé en haine, de sorte que les sionistes religieux n'ont pas réussi à répondre aux attentes de la société israélienne. Ils ne veulent pas assumer la responsabilité. Ils sont à l'aise à l'intérieur du canon, dans leur propre quartier protégé. C'est la banane à laquelle les singes sionistes religieux s'accrochent. Ils perdent leur effet en échange de leur vie confortable dans les limites de leur secteur.

 

Les Ministres Livni et Gideon Saar ont droit dans leur réplique à la critique de Bennett de la politique gouvernementale: " Si vous ne l'aimez pas, partez," ils contre-menace. En fin de compte, les petits singes seront chassés de leur canon - sans les bananes - et remplacés par un autre groupe de petits singes avec un cercle moins coloré sur leurs têtes. Mais ces singes comprendront que si vous voulez  l'autorité, vous devez assumer la responsabilité.

 

Et donc, nous restons tous privés de liberté, nous accrochant à une banane qui est impossible à manger.

 

Il n'y a vraiment aucun moyen de sortir de cette situation, sauf pour ce qui restaurera notre destin juif de notre conscience nationale, la mise en œuvre des politiques fondées sur ce destin et d'assurer notre liberté - ainsi que la signification et notre existence. C'est pourquoi j'ai créé Manhigut Yehudit, et j'ai rejoint le parti national au pouvoir  afin d'orienter toutes mes actions et prendre les rênes de la direction.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :