Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 06:54

Pour leurs dernières heures, au pouvoir Obama et Kerry ressuscitent la Question juive et les ennemis d'Israël le savent.

 

«Israël peut être soit juif ou démocratique. Il ne peut pas être les deux à la fois, et il ne pourra jamais vivre vraiment en paix».

Ce ne sont pas les paroles d'un porte-parole du Hamas ou du Fatah, mais plutôt de notre soi-disant secrétaire d'Etat - un fourbe, poltron qui déshonore la fonction qu'il occupe.

Les mensonges propagés pendant 70 minutes longues minutes d'un laïus permettant la chape de terreur de John Kerry sont légion et je ne vais pas prendre le temps de démystifier chacun d'eux ici. Je vais, cependant, décrire brièvement quelques faits saillants sur l'Etat juif commodément tordus pour convenir à l'histoire révisionniste de notre administration actuelle. 

 

Israël est la patrie ancestrale du peuple juif

De la terre de Canaan aux royaumes de David et de Salomon; de la destruction des Premier et Second Saints Temples sur le Mont du Temple à la révolte Maccabées dans le premier siècle avant JC; de la chute de Massada en 73 de notre ère à la révolte de Bar Kochba dans le premier siècle après JC, la terre d'Israël a toujours été la patrie ancestrale du peuple juif. En dépit de diverses invasions par des empires disparates et maintenant défunts à travers l'histoire, les Juifs ont été la seule constante dans ce pays - et pour des milliers d'années avant que Muhammad vienne sur son cheval ailé.

Le contexte historique d'Israël ne peut pas être sous-estimé. Il est, après tout, c'est pourquoi l'État juif a été créé où il est , et non pas , par exemple, au Soudan.

C'est la raison pour laquelle les musulmans arabes travaillent à creuser sans relâche sous la mosquée al-Aqsa pour trouver des objets juifs et partout à Jérusalem, essayant d'effacer toute connexion juive historique à la capitale éternelle d'Israël.

Même si l'on devait jouer l'avocat du diable et ne pas tenir compte de l'histoire ancienne, Israël dans son incarnation moderne est peut-être la nation la plus juridiquement contraignante sur la planète-peut-être parce que son rétablissement a été conçu non pas par des généraux militaires, mais plutôt par des avocats.

Alan Dershowitz juriste et expert sur la fondation d'Israël - un homme qui, malgré son éclat, croyait naïvement au vœu d'Obama «de soutenir toujours Israël» - a beaucoup écrit sur le fondement juridique d'Israël, notant que de la Déclaration Balfour en 1917 à la Société des Résolution des Nations en 1922 à la partition de l'ONU en 1947 pour sa création légale en tant qu'Etat nation en 1948 - "le certificat de naissance" d'aucun autre pays n'est plus légitime que celle d'Israël.

Pourtant, c'est la seule nation constamment délégitimée.

 

La «crise des réfugiés palestiniens »

Un autre faux récit colporté par ceux qui ont décidé de commencer la destruction d'Israël (qui inclut apparemment notre Secrétaire d'Etat sortant), concernerait la soi-disant «crise des réfugiés palestiniens».

En 1948, à peine l'encre avait séchée sur mise en place légale d'Israël que les grandes armées arabes - Egypte, Syrie, Transjordanie, Liban, Irak et Arabie Saoudite, ainsi que les factions arabes palestiniennes locales - ont mené une guerre illégale à l'Etat juif naissant.

Menant à la guerre d'indépendance, un transfert de populations a eu lieu. Environ 700.000 Arabes (maintenant appelés «Palestiniens») ont fui la région. Une partie la plus riche, afin de préserver son patrimoine tandis que la majorité a été encouragé à partir sur la demande de ses dirigeants arabes qui lui avaient dit qu'elle rentrerait chez elle une fois que l'Etat juif aura été détruit lors de la guerre.

Le nationaliste palestinien Arif al-Areif a expliqué dans un récit historique de la guerre de 1948:

«Les Arabes pensaient qu'ils allaient gagner en un clin d'œil et que cela ne prendrait pas plus d'un jour ou deux à partir du moment où les armées arabes auraient traversé la frontière jusqu'à ce que toutes les colonies soient conquises et l'ennemi déposerait les armes et se jetterait à leurs pieds pour demander miséricorde ».

Big erreur de calcul de leur part.

Ce qui est commodément jamais mentionné, cependant, c'est que les dirigeants juifs exhortaient les habitants arabes de rester dans leurs maisons et deviendraient des citoyens d'Israël. L'Assemblée de la Palestine juive a publié l'appel suivant le 2 Octobre 1947:

«Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour maintenir la paix, et d'établir une activité lucrative de coopération aux deux communautés [Juive et Arabe]. C'est maintenant, ici et maintenant, depuis Jérusalem elle-même, qu'un appel doit aller vers les nations arabes à unir leurs forces avec la communauté juive et l'Etat et travailler ensemble pour notre bien commun, pour la paix et le progrès entre souverains égaux».

Les points clés? Aucune des grandes nations arabes - ni la Transjordanie, pas plus que la Syrie, l'Egypte, ni le Liban - n'ont pris leurs frères arabes nomades. Plus précisément, il n'y avait pas de "réfugiés" palestiniens si tous avaient accepté tout simplement de vivre côte à côte avec le peuple juif de retour en 1948. Mais ils ont refusé. Comme ils le font toujours, et ensuite se plaignent des retombées.

Un autre fait historique commodément relégué aux oubliettes de l' histoire c'est que la seule population réfugiée véritable dans la région à cette époque, elle était juive.

En 1948, la population juive du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord totalisait environ un million, mais les générations de l'antisémitisme islamique combinées à la collaboration nazie dans les années antérieures ont abouti à un sens revitalisée de la suprématie islamique. Bientôt, 850.000 Juifs moyen-orientaux (appelés Mizrahi ou séfarade) ont été expulsé des pays qu'ils avaient appelé leur maison pendant des siècles, dans certains cas, des millénaires.

Ils sont les réfugiés réels et oubliés du Moyen-Orient. Ce sont eux dont on ne parle jamais. Ils n'ont jamais reçu un sou de réparations, et ils n'ont jamais été reconnu par des organismes internationaux des droits de l'homme.

 

Les Palestiniens sont un peuple inventé

 

Ceux qui défendent la cause palestinienne fonctionnent sur un certain nombre de prémisses viciées, mais en aucun cas plus flagrante que la notion que les Palestiniens sont des autochtones, et ont donc un droit légitime à la terre d'Israël.

Jusqu'en 1967, le terme «palestinien» n'ait même jamais entré dans le lexique; plutôt les habitants de la région ont été simplement appelé  Arabes. Un tel terme générique, cependant, était à peine bon pour les relations publiques..

Sous la tutelle de propagandistes russes, le leader de l'Organisation de libération de la palestine Yasser Arafat a inventé le récit d'un peuple palestinien distinct qui, dans sa soi-disant «lutte pour l'autodétermination» cherchaient la libération de leurs oppresseurs israéliens.

Au cours d' une entrevue en 1977 avec le journal néerlandais, Trouw , Zahir Muhsein membre du comité exécutif de l'OLP confirme:

«Le peuple palestinien n'existe pas. La création d'un Etat palestinien est seulement un moyen pour continuer notre lutte contre l'Etat d'Israël pour notre unité arabe. En réalité, aujourd'hui, il n'y a pas de différence entre les Jordaniens, les Palestiniens, les Syriens et les Libanais. Seulement pour des raisons politiques et tactiques nous ne parlons aujourd'hui de l'existence d'un peuple palestinien, car les intérêts nationaux arabes exigent que nous postulons à l'existence d'un "peuple palestinien" distinct à opposer au sionisme. pour des raisons tactiques, la Jordanie, qui est un état souverain défini par des frontières, ne peut pas faire siennes les revendications sur Haïfa et sur Jaffa, comme palestinien, je peux sans doute demander Haifa, Jaffa, Beer-Sheva et Jérusalem. Cependant, le moment pour nous de récupérer notre droit sur toute la Palestine, nous ne saurons pas attendre encore une minute pour unir la Palestine à la Jordanie».

Arafat lui-même s'est fait l'écho des mêmes sentiments à plusieurs reprises:

«Puisque nous ne pouvons pas vaincre Israël par la guerre, nous le ferons par étapes. Nous prendrons tout et chaque territoire que nous pouvons de la Palestine, et établiront une souveraineté, et nous l'utiliserons comme un tremplin pour prendre plus. Lorsque viendra le temps, nous d'obtenir les nations arabes de nous rejoindre pour le coup final contre Israël»

Arafat est devenu un propagandiste habile et a tenu compte de l'avis du stratège en chef de Ho Chi Minh, le général Giap, qui a demandé que la clé pour anéantir Israël était de transformer " votre guerre terroriste dans une lutte pour les droits de l' homme."

" Ensuite, vous aurez le peuple américain qui vous mangera dans votre main."

Araft a entendu que le monde aime l'outsider. Bien sûr, le monde a aimé les Juifs une fois aussi, mais seulement quand ils ont été mené dans des wagons à bestiaux dans des chambres à gaz.

 

La ruse des implantations et le mythe des frontières de 1967

En réalité, et ce que haineux d'Israël s'accrochent désespérément à réfuter, c'est que, depuis 1948, Israël a toujours voulu vivre en paix et a fait toutes les concessions dans ce but.

Combien de fois nous oublions que pendant le sommet de Camp David en 2000, Premier ministre israélien d'alors Ehud Barak a accepté presque toutes les demandes faites par les Palestiniens, mais comme nous le savons, Arafat a refusé la transaction.

En ce qui concerne les implantations (colonies), en 2005, Ariel Sharon a fait un bon geste de la foi d'Israël de se retirer unilatéralement de Gaza, déracinant des milliers de familles juives. Israël a tout donné tout de suite et qu'est-ce que les Palestiniens ont fait? Ils ont détruit chaque morceau de l'infrastructure qu'Israël avait laissé en place jusque dans les serres et transformé Gaza en un hangar à munitions du Hamas à partir duquel les terroristes lancent maintenant des roquettes sur Israël.

Pourtant, Israël n'a jamais cessé d'essayer. En 2008, le Premier ministre israélien d'alors Ehud Olmert a offert aux Palestiniens plus de 94% des territoires - presque tous - en Judée et en Samarie. Et pour le record En 2009, le jusqu'au-boutiste Premier ministre Benjamin Netanyahu a mis en œuvre un gel de construction d'établissements de 10 mois dans une autre vaine tentative de relancer les pourparlers de paix.

Voici ce que le monde a besoin de comprendre: 94%, 97%, 100% d'Israël ne sera jamais assez pour les Palestiniens aussi longtemps qu'un seul Juif reste en vie sur cette terre.

Les Implantations en Judée-Samarie, en attendant, sont tout ce qui empêche la Cisjordanie d'être transformée en une autre bande de Gaza et sont ce qui distingue entre les grands centres de la population d'Israël et les terroristes courbés sur leur anéantissement.

Ceux qui vivent dans un grand nombre de ces communautés d'implantations prennent de grands risques personnels, dont nous sommes douloureusement conscients à chaque fois qu'un enfant juif est poignardé à mort dans son lit par un Palestinien "combattant de la liberté" à bien des égards, ces familles juives sont parmi les premières lignes de la défense d'Israël, et elles méritent notre soutien.

La Cisjordanie, quant à elle, a été légalement libérée par Israël d'entre les mains de la Jordanie lors de la guerre des Six Jours et la soi-disant frontière de 1967 est en fait celle de l'armistice de 1949 la ligne tracée entre Israël et les pays arabes voisins après la Guerre d'Indépendance. La ligne n'a jamais été destiné à être une frontière, et elle n'a certainement jamais été destiné à être permanente, ce qui reléguerait Israël à un territoire indéfendable de 9-miles de largeur.

Ces frontières, en termes militaires, manquent de «profondeur défensive minimum» - ce qui signifie qu'il n'y a ni suffisamment d'espace pour les forces militaires pour se redéployer à la suite d'une attaque, ni mettre en place des forces de réserve et de les déployer pour contre-attaquer.

 
"Plus jamais"
 

Le monde une fois a fait une promesse que «jamais» il ne saurait permettre au peuple juif d'être abattu de intégralement. En combien de temps le monde a oublié cette promesse.

Vous n'entendrez jamais toute personne qui a pris ce vœu solennel ou historique appeler sérieusement Israël de «retourner aux frontières de 1967» ou se réfèrer à la création de l'Etat juif en utilisant le terme de propagande palestinienne "nakba" - qui, en passant, signifie «catastrophe».

L'administration Obama a lancé la trahison la plus importante d'un allié américain de l'histoire et son impact sera durable ne peut être sous-estimé.

Enhardis, le mouvement BDS et ses factions anti-sémites continueront - peut-être avec plus de succès - dans leur croisade pour ostraciser et étrangler économiquement Israël au niveau diplomatique et institutionnel.

Aujourd'hui, les Juifs du monde entier - dans leurs quartiers, les écoles et les lieux de culte - ont une nouvelle cible peinte dans le dos comme de mauvais acteurs ils vont assurément prendre au mot notre Secrétaire  d'Etat comme une justification pour faire le mal.

Aujourd'hui, les terroristes palestiniens se réjouissent dans les rues parce qu'un président américain les a légitimés. Ils ont été récompensés pour le non-sevrage de leurs enfants sur la haine des Juifs et la soif de sang génocidaire. Pour les années à venir, les phrases toutes faites de Kerry seront glorifiées sur chaque publication islamique et de leur propagande sur chaque programme de télévision du Hamas. Et en conséquence, plus de sang innocent sera versé.

Quand est arrivé Donald Trump, la gauche était, tout d'un coup, très préoccupé par l'antisémitisme. Mais nous savons tous que ceux qui dénoncent «le nazisme», condamnent ensuite la seule nation sur terre re-créé comme un refuge pour les Juifs fuyant la persécution et ils sont les plus probables antisémites eux-mêmes.

Et il y va sans dire, que, pour leurs dernières heures, Barack Obama et John Kerry ont ressuscité la question juive. Israël le sait. Ses ennemis le savent. Et maintenant, vous aussi.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai